Typologie(s)

immeuble de bureaux
entrepôt

Intervenant(s)

Émile VERHAEGENarchitecte1984

Georges RICQUIERarchitecte1958

Edmond BAUDEWYNSarchitecte1959

Styles

Postmodernisme
Modernisme

Inventaire(s)

  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Anderlecht-Cureghem (Archistory - 2017-2019)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Social
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2019

id

Urban : 39712
voir plus

Description

Bureaux et entrepôt érigés pour la société EGTA (Entreprise Générale de Travaux d'Anderlecht), les premiers à façade postmoderne conçue par l’architecte Émile Verhaegen en 1984, le second moderniste, résultant du remontage, en 1959 par l’architecte Edmond Baudewyns, du pavillon du Congo belge et Ruanda-Urundi conçu pour l’Expo 58 par l’architecte Georges Ricquier.

Fondée en 1925, EGTA s’implante sur le terrain dans les années 1940. En 1959, la société fait remonter à l’arrière, côté rue des Trèfles, le pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. du Congo belge et Ruanda-Urundi. En 1984, la façade à front de chaussée, enduite, est complètement refaite en style postmoderne.

Au no 1201-1203 chaussée de Mons, partie centrale maintenue, réenduite, percée de fenêtres à angles supérieurs coupés. De part et d’autre, hautes verrières saillantes à pans coupésPan de mur situé de biais sur l’angle d’un bâtiment., deux à gauche, une à droite, à châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. en aluminium anodisé bronzé et vitrage fumé. Encadrement des verrières et soubassement en plaquettes de terre cuite structurée, de tonalité brun-rouge.

Au no 17 rue des Trèfles, hangar de 132 mètres sur 45, constitué de portiques en bois lamellé-collé en double boomerang, portant une bâtièreToit à deux versants.. Les piliers inclinés qui doublaient les boomerangs à l’extérieur n’ont pas été remontés. Revêtement extérieur en tôle ondulée, celui de la toiture et des façades sud partiellement translucide.

Sources

Archives
ACA/Urb. 38859 (05.08.1958), 39247 (10.03.1959), 39679 (27.10.1959), 45833 (15.02.1984).

Ouvrages
CULOT, M. [dir.], Anderlecht 2. Inventaire visuel de l'architecture industrielle à Bruxelles, AAM, Bruxelles, 1980, fiche 181.

Périodiques
Almanach du Commerce et de l’Industrie, «Mons (chaussée de)», 1946-1947.