Typologie(s)

caserne

Intervenant(s)

Henri VAN DIEVOETarchitecte1901

Styles

Néogothique
Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Inventaire de l'architecture industrielle (AAM - 1980-1982)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Etterbeek (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Scientifique
  • Technique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 14283
voir plus

Description

Complexe de bâtiments construit en deux phases. À partir de 1901 avec la collaboration de Henri Van Dievoet, ensuite en 1930.

Situé en face de la Caserne Rolin act. démolie.

Boulevard Louis Schmidt 1-7. Ancien arsenal du Charroi, plan de situation.
Attenant au bd Louis Schmidt au N., à l'av. des Volontaires au S., la ch. de Wavre à l'O. et la r. des Pères Blancs à l'E. Plan trapézoïdal, constitué par des bâtiments groupés autour de quelques cours, entouré d'une clôture avec portes d'entrée.

Jusqu'en 1976, caserne du corps de transport ainsi que garage pour l'entretien et la réparation des fourgons, à l'origine des charrois, plus tard des véhicules à moteur. En 1989, la SDRB achetait les deux hangars vitrés, le bâtiment d'entrée et la maison d'angle au bd Louis Schmidt. La rénovation et transformation des hangars en lieux d'exploitation pour de petites et moyennes entreprises non polluantes furent entamées un an après sur les plans de l'arch. TERLINDEN du cabinet d'arch. GUS. Les autre bâtiments sont la propriété de la VUB.

Boulevard Louis Schmidt 1-7. Ancien arsenal du Charroi.
Bâtiment F (photo 1994).
Les hangars récemment rénovés (A et B) deux bâtiments identiques en style néo-Tudor datant de la 1re phase de construction ; situés de part et d'autre d'une grande cour.
Immeubles rect. de deux niveaux, cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. dans la façade antérieure dont les deux extrêmes formant tour d'angle monumentale crénelée et onze travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. dans la façade latérale. Construction en briques ; soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue., encadrements des baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement., chaînes d'angle, bandes et cordonsCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition. en pierre bleue. Accents horizontaux constitués par appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. prononcés, bandes et cordonsCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition..
Façade avant percée de tripletsGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. cintrés sous entablementsCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. ; panneaux d'allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. à l'étage ; couronnement crénelé.
Façades latérales éclairées de tripletsGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste., grandes baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. et portes vitrées ; une verrière faîtière d'origine au-dessus de la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. centrale sert d'éclairage supplémentaire.
Façade arrière précédée d'une annexe d'un niveau. Toiture composée d'éléments autoportants en acier avec une âme isolante, fixés sur la charpente métallique d'origine. Intérieur : divisé en huit unités autonomes dont chacune comprenant r.d.ch. et étage accessible par un large escalier métallique.

Boulevard Louis Schmidt 1-7. Ancien arsenal du Charroi.
Bâtiment B, façade Latérale (photo 1994).
Le bâtiment d'entrée (F) : situé entre les deux hangars et relié à ceux-ci par un mur clôturant percé de portes d'accès. Immeuble datant de la 1re phase de construction d'un niveau et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. accostées de part et d'autre de deux tours crénelées. Après rénovation, act. lieu d'exploitation.

Boulevard Louis Schmidt 1-7. Ancien arsenal du Charroi. Bâtiment G (photo 1994).
Maison d'angle (G) : (à l'angle du bd Louis Schmidt et de la ch. de Wavre) également datant de la 1re phase ; deux niveaux et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'angle à pan coupéPan de mur situé de biais sur l’angle d’un bâtiment. et trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous toiture à croupesUne croupe est un versant de toit qui réunit les deux pans principaux d’un toit à leur extrémité. Contrairement à la croupette, la croupe descend aussi bas que les pans principaux. en tuiles. Façade en briques rythmée horizontalement par soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. et appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. continus en pierre bleue et décorée par bandes et chaînes d'angle en pierre bleue. Façade avant éclairée de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect., grillées au r.d.ch. ; porte de bois sous entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. et baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie.. Travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'angle accentuée, porte vitrée et grillée, porte-fenêtre précédée d'un balcon à balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. ouvragée ; lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à fronton-pignon. Corniche de bois à denticules et à modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche..

Les autres bâtiments dont C, D et E datent de la lre phase de construction , I, J, L, M, N,P,Q, R, S et Z à partir de 1930. Constructions en briques et béton, principalement des anc. hangars d'entretien et réparation, accessibles par de hautes portes : bâtiment N était l'anc. forge, I la chaufferie avec cheminée, C le dépôt. Bâtiment E par contre servait probablement d'habitation.

Sources

Ouvrages
L'arsenal, Brochure SDRB.

Périodiques
Industrieel Erfgoed in Vlaanderen, 21, 1991, pp. 11-12.

Arbres remarquables à proximité