Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire
Portion de l'anc. bd Militaire, le bd Louis Schmidt est compris entre les bd Général Jacques et Saint-Michel.

Son tracé est décrété par AR le 6 mai 1899, les travaux commencent en 1900 et l'artère est ouverte à la circulation en 1906.

Faisant partie du bd Saint-Michel, il reçoit, après la Deuxième Guerre mondiale, le nom d'un anc. bourgmestre de la commune, né à Lodelinsart en 1877 et décédé en captivité en 1944. Un monument en son souvenir est inauguré en 1980 au débouché de l'av. Le Marinel. Une plaque en pierre bleue rappelle les dates importantes de la vie de Louis Schmidt ; une autre porte l'emblème du bataillon filleul de la commune. Un 2e monument à sa mémoire est inauguré le 14 septembre 1947, pl. du Roi Vainqueur.

Légèrement courbe, il relie la ch. de Wavre au carrefour des r. de l'Escadron et Baron de Castro. De nombreuses artères de la commune y aboutissent ou y prennent leur départ.

Après la caserne Rolin (aujourd'hui démolie) et l'Arsenal du Charroi, il compte de chaque côté, plusieurs maisons et hôtels de maître généralement de style Beaux-Arts, parfois à trois façades (Nos 95-97, 1924), parfois construits en ensemble (Nos 54 et 56, 1929), ainsi que de nombreux immeubles à appartements pouvant atteindre dix niveaux et pour la construction desquels certains beaux bâtiments ont été démolis (ex. à l'angle de la r. Baron de Castro, anc. no 119, hôtel de maître construit d'après une demande de permis de bâtir de 1911 selon les plans de l'arch. CAMAILLE). Quelques-uns de ces immeubles, d'inspiration Art Déco, sont intéressants comme les nos 16-20, 22, 46, 48 et 100 construits entre 1931 et 1934 d'après les plans du même arch., M. SPINNAEL. Le porche d'entrée du no 57 présente également un intérêt (1937, arch. VERMEIREN). La façade en pierre blanche et simili-pierre blanche du no 77, bâti en 1930, affiche une influence Beaux-Arts. Toutes les constructions sont précédées d'une zone de recul où sont aménagés jardinets et parkings. Il est à signaler que quelques-unes d'entre elles sont construites hors alignement (Nos 77 à 111).

Au centre du boulevard, un terre-plein, planté de marronniers, est aménagé pour le passage du tram.

Sources

Archives
ACEtt./TP 3088-4174 (1911), 5154, 5463 (1924), 4977 (1929), 7554, 8040 (1931), 409 (1932), 3389, 3555 (1933), 5672 (1934), 4900 (1937).
RC 1948, p. 112.

Ouvrages
MEIRE, R. J., Histoire d'Etterbeek, Musin, Bruxelles, 1981, pp. 81, 109, 125 et 126.