Typologie(s)

villa isolée

Intervenant(s)

Henry VAESarchitecte1926

Styles

Art Déco

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Etterbeek (DMS-DML - 1994-1997)

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 14323
voir plus

Description

À l'angle de la r. Aviateur Thieffry, maison à trois façades de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs. construite d'après une demande de permis de bâtir de 1926, selon les plans de l'arch. H. VAES comme le prouve sa signature.

Façades en briques rouges de trois niveaux sous toiture mansardée.
R. Aviateur Thieffry, une entrée de garage au r.d.ch. et quatre baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. munies de grilles dont deux petites (profil utilisé pour toutes les ouvertures). Deux bow-windowsDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. de deux niveaux de plan trapézoïdal sur culots percés, à chaque étage, de trois fenêtres. Ils sont suivis d'un grand pan de mur aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre..

La façade principale présente un bowwindow de plan trapézoïdal sur les trois niveaux éclairé chaque fois par trois ouvertures. Il est surmonté d'un balcon au garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. aménagé devant une porte-fenêtre passante inscrite dans un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à rampants droits. Porte surmontée à chaque étage d'une simple fenêtre. À l'origine, un escalier menait à la porte située au ler étage act. L'élévation ne comportait que deux niveaux sur caves hautesSous-sol à demi enterré, surélevant le rez-de-chaussée. jusqu'aux transformations effectuées en 1975. Pan coupéPan de mur situé de biais sur l’angle d’un bâtiment. à l'angle de la façade principale et de la façade donnant sur la ligne de chemin de fer Hal-Vilvorde. Trois baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. y sont aménagées à chaque niveau.

3e façade percée de fenêtres secondaires, parfois aménagées à des niveaux décalés. Nombreuses lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. dans le brisis et le terrasson de la toiture mansardée. Plusieurs différences avec le plan d'origine.

Sources

Archives

ACEtt./TP 8536 (1926), Reg. d'entrée 2811 (1975).

Arbres remarquables à proximité