Typologie(s)

villa à trois façades

Intervenant(s)

Alphonse BOELENSarchitecte1903

Statut juridique

Classé depuis le 23 février 2006

Styles

Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 28971
voir plus

Description

Villa de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., signée sur le soubassement « Alph[onse] BOELENS / ARCH. BRUXELLES», érigée en 1903 pour R. De Rooster, un commerçant qui quelques années auparavant avait déjà fait construire une villa (démolie en 1932) à l’emplacement de l’actuel n°105.

Elle fait partie d’une remarquable enfilade d’immeubles, allant du n°77 au n°103.

Villa à trois façades, de trois niveaux en briques de couleur claire rehaussées de pierre bleue, sous toiture d’ardoises à croupeUne croupe est un versant de toit qui réunit les deux pans principaux d’un toit à leur extrémité. Contrairement à la croupette, la croupe descend aussi bas que les pans principaux.. Façade principale de composition asymétrique éclairée au niveau du sous-sol d’un triplet remarquablement découpé et devancé d’une grille; au rez-de-chaussée, grande fenêtre arrondie précédée d’une barre d’appui en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. Étages en retrait éclairés par des portes-fenêtres jumelées s’ouvrant sur un balcon continu à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. tantôt en bois, tantôt en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux., et s’inscrivant sous un tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. rectangulaire décoré d’un sgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. au dernier étage. Travée d’entrée percée d’une haute porte sous baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d’imposte et, aux deux premiers étages, d’une fenêtre étroite à allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. animée d’un sgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. et, à hauteur de la toiture, d’une fenêtre en demi-lune; elle est sommée d’un toit en pavillon coiffé d’une crêteCrête de toit. Grillage ou ornement continu en terre cuite ou en métal, qui court au faîte du toit. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. Lucarne rampanteUne lucarne est dite rampante lorsqu'elle est couverte par un appentis incliné dans le même sens que le versant du toit. à gauche.
Sur l’angle, porte d’entrée latérale sous une belle marquiseAuvent métallique vitré.; aux étages, oriel s’inscrivant sous un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. bordé d’une planche de rive décorative; fenêtres à allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. décorée d’un sgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur..
Façade latérale éclairée par deux fenêtres à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. au rez-de-chaussée et par deux fenêtres rectangulaires au premier étage. Au dernier étage, elle est aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre. et scandée de lésènesLes lésènes sont des jambes saillantes en répétition sur un mur, réunies par un arc ou par une frise d’arceaux. Ce couronnement d’arc ou d’arceaux distingue la lésène du pilastre..
Le bâtiment arrière de deux niveaux est accessible de l’extérieur, par un passage précédé d’un portail en bois flanqué de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. en briques coiffés d’un amortissementAmortissement. Élément décoratif placé au sommet d’une élévation.Amorti. Sommé d'un amortissement. de pierre bleue. Le pilastreÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. droit est relié à la maison par un muret en briques. Le garage se dresse à l’arrière de la façade latérale (1958). MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. de belle facture d’origine.

Classement 23.02.2006

Sources

Archives
ACF/Urb. 3381 (1903), 17242 (1958).

Ouvrages
BORSI, F., WIESER, H., Bruxelles capitale de l’Art nouveau, Mark Vokaer éd., Bruxelles, 1992 (Collection Europe 1900).
Guide de Bruxelles, XIXe et Art nouveau, Eiffel édition et CFC édition, Bruxelles, 1990.
HUSTACHE, A., Forest, CFC édition, Bruxelles, 1999 (Guides des communes de la région bruxelloise).
VERNIERS, L., Histoire de Forest-lez-Bruxelles, A. de Boeck, Bruxelles, 1949.

Périodiques
«Villa Avenue Besme à Uccle. Architecte Alphonse Boelens», Vers l’Art, 2, 1907, pl. .

Arbres remarquables à proximité