Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Forest (DPC-DCE - 2014-2020)

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 28979
voir plus

Description

Ensemble de deux maisons bourgeoises de style éclectique, de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé. et aux façades traitées de manière uniforme, 1898.

Le no123 construit sur une parcelle traversante jusqu’à l’avenue Jupiter où se dresse un mur avec une porte de garage.

Elle fait partie d’une enfilade homogène de maisons de même style, allant du no115 au no127.

Façades en briques rouges généreusement rehaussées de briques de couleur claire et d’éléments de pierre bleue. Fenêtres pour la plupart jumelées à colonnettes en pierre. Portes-fenêtres du rez-de-chaussée s’ouvrant sur un balcon à la française, celles du premier étage, en travées principalesTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., sur un balcon de plan chantournéUn élément est dit chantourné lorsque sa forme alterne courbe et contre-courbe., tous pourvus d’un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d’entrée à niveaux décalés. Corniche en bois continue sur aisseliersEn menuiserie, pièce de bois disposée de biais, portant le débordant d’un toit ou d’un auvent. En charpenterie, lien disposé en oblique, soulageant une pièce horizontale et portant sur une pièce verticale. dont les espaces intercalaires sont garnis de carreaux à motifs floraux géométriques.

Au no123, travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. coiffée d’un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. rehaussé de briques claires formant des motifs géométriques. Porte en chêne à jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. et imposte garnis de vitraux.

Au no125, en travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d’entrée, tympansEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. animés de motifs géométriques en briques claires. Porte sous baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d’imposte à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panier garnie de vitraux.

Sources

Archives
ACF/Urb. 123: 1385 (1898), 9662 (1928), 16260 (1953); 125: 1385 (1898), 13559 (1937).

Arbres remarquables à proximité