Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

André LECLERCQarchitecte1904

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Forest (DPC-DCE - 2014-2020)

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 28959
voir plus

Description

Maison bourgeoise de style éclectique, de composition asymétrique, dessinée par l’architecte André Leclercq pour le docteur Bastin (voir aussi no83), 1904.

Elle fait partie d’une remarquable enfilade d’immeubles, allant du n°77 au n°103.

Les nos83, 83b-85, 87, 89-91 de l’avenue Besme et les nos182-184, 188-190 et 192-194 de l’avenue Jupiter appartiennent aujourd’hui à l’INRACI (Institut National de Radioélectricité et de Cinématographie).

Façade en briques de couleur claire animée d’éléments en pierre blanche et pierre bleue. Travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. percée de fenêtres à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. flanquées de pilastres colossaux qui, à hauteur de l’entablement, convergent pour former un arc surbaissé; tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. au rez-de-chaussée et, aux étages, portes-fenêtres précédées de balcons de plan chantournéUn élément est dit chantourné lorsque sa forme alterne courbe et contre-courbe. et taille dégressive prenant appuiAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. sur un culot sculpté et clos d’un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. Travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d’entrée percée d’une porte en chêne à deux battants sous une traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. et une imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à triplet inscrite dans une niche à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle.. Aux étages, baies rectangulaires sous linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée., également ménagées dans une niche à arc surbaissé. Corniche en bois à gouttes et modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche.. Deux lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres.. Sous-sol ultérieurement converti en garage. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. partiellement d’origine.

En fin de la parcelle qui donne dans l’avenue Jupiter (no184) se dressait à l’origine un mur de clôture qui, en 1939, a été démoli pour faire place à une maison et, en 1981, à l’INRACI (Institut de Radioélectricité et de Cinématographie).

Sources

Archives
ACF/Urb. 3438 (1904), 14116 (1941), 18189 (1963).

Arbres remarquables à proximité