Typologie(s)

maison ou immeuble de rapport
café/brasserie/taverne

Intervenant(s)

Ch. GYS1883

Statut juridique

Classé depuis le 28 avril 1994

Styles

Éclectisme
Néo-baroque

Inventaire(s)

  • Inventaire du patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Pentagone (1989-1993)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 30714
voir plus

Description

Immeuble conçu par l’architecte Emile Janlet en 1874, à l’angle de la rue de la Bourse et classé deuxième au concours de façades de 1872-1876.

Connu sous le nom de Café de la Bourse puis Le Monico Bourse et aujourd’hui Le Grand Café.

Construction en pierre blanche de grand appareilOuvrage constitué de pierres plus ou moins taillées ou de briques. dont la façade la plus monumentale, tournée vers la Bourse, était primitivement libre à droite, où une travée ajoutée en 1883 par l’architecte Ch. Gys la relie à la façade voisine.
Rez-de-chaussée commercial sous auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. moderne, englobant actuellement celui du n° 76, rythmée par des pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. à refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages. enduits, encadrant la porte d’entrée et les vitrines à structure métallique. Au-dessus, trois registres totalisant quatre niveaux, les deux inférieurs définis ensemble par un ordre colossal, le troisième par un ordre plus trapu et le quatrième par les lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres..
Au boulevard, surmontant l’auvent, balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. en pierre précédant les fenêtres rectangulaires surmontées, au-dessus d’un entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. orné de triglyphes et rosaces, de fenêtres cintrées timbrées d’une clé et à garde-corps en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. qui éclairent le premier registre et que séparent les pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. composites colossaux supportant l’entablement à friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de triglyphes sous la corniche profilée sur modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche.. Fenêtres du troisième étage à linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. droit, précédées d’un balcon continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. en fer forgé et séparées par des trumeauxPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. couronnés par les consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. ouvragées de la corniche supérieure. Toiture mansardée d’ardoises, éclairée de lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à fronton brisé sommé d’une sphère, liés par de courts pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau.. Vers la rue de la Bourse, façade de conception analogue mais plus riche, dont les travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. plus larges sont garnies de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. triples. Accent mis sur la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. centrale en léger ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général.; baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. superposées prises dans un portique à colonnes composites, cintre timbré d’une clé et d’un cartoucheDécor composé d’une table plane ou bombée, aux contours généralement sinueux, bordée d’un décor sculpté et/ou d’une mouluration, et sur laquelle prend parfois place un blason ou une inscription. Le médaillon est un cartouche rond ou ovale. et écoinçonsEspace de mur ménagé de part et d’autre d’un arc. ornés de médaillonsCartouche rond ou ovale. à visage humain, sous un frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. courbe accueillant dans sa brisure un motif de balustrade repris entre les lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres.. EntablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. décoré de panneaux en creux entre rosaces.

Sources

Archives
AVB/TP 8077 (1874) et 823 (1883).

Périodiques
L’Émulation, 1877, col. 57-58, pl. 4-8.