Typologie(s)

hôtel particulier

Intervenant(s)

Léon GOVAERTSarchitecte1913

Styles

Beaux-Arts

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2005-2006

id

Urban : 16051
voir plus

Description

Situés à l'angle de la place semi-circulaire et formant l'entrée du clos du Bois, deux hôtels particuliers de style Beaux-ArtsStyle Beaux-Arts (de 1905 à 1930 environ). Courant architectural puisant son inspiration dans les grands styles français du XVIIIe siècle. Riche et ornementé, il se caractérise souvent par des élévations en (simili-)pierre blanche et/ou brique orangée ainsi que par l’usage du fer forgé pour les garde-corps et la porte., architecte Léon Jean Joseph Govaerts, 1913.

Au no 535, élévation possédant autrefois une façade latérale gauche, à laquelle était accolée une véranda, supprimée lors de la construction de l'immeuble mitoyen voisin. Sur haut soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. à bossages, élévation quasiment symétrique, en pierre blanche, comptant trois niveaux de hauteur dégressive, sous mansarde, et une travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. traitée en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. de part et d'autre des trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. arrondies formant l'angle. Porte en bois, sous œil-de-bœuf. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. de cintres variés, munies d'un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse, une porte-fenêtre, une gaine d'ascenseur... à balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. au r.d.ch., en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. aux étages. Balcon continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. sur l'angle au 1er étage. Décor caractéristique : guirlandes, médaillonsCartouche rond ou ovale., mascaronsDécor sculpté figurant un visage humain ou un masque., pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau., etc. Corniche continue, à modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche., souplement profilée. Mansarde percée de trois lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement. sous frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches., en pierre ou en bois, et de deux oculiJour de forme circulaire, ovale ou polygonale.. FerronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. et châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. d'origine, à traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. chantournée.

Au no 587, sur haut soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. à bossages, élévation en pierre blanche, rehaussée de trumeauxPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. en briques orangées, comptant trois niveaux de hauteur dégressive, sous mansarde, et de deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales côté place et une travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. isolée côté clos, traitées en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. de part et d'autre d'une tourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles. engagée à trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sur l'angle. OculusJour de forme circulaire, ovale ou polygonale. en dessus de porteUne fenêtre est dite en dessus de porte lorsqu’elle surmonte une porte sans être directement en contact avec elle : la porte est séparée de la fenêtre par un petit pan de mur ou par un entablement ; porte et fenêtre possèdent chacune un encadrement propre.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. de cintres variant suivant les niveaux. 1er étage caractérisé par des balustradesGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. fermant les fenêtres, le balcon continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. cerclant la tourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles. et le balconnet côté clos. Décor caractéristique : guirlandes, médaillonsCartouche rond ou ovale., mascaronsDécor sculpté figurant un visage humain ou un masque., entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. cannelé, etc. Corniche continue, à modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche.. Imposante toiture mansardée percée d'œils-de-bœuf en bois. Rénovation intérieure menée en 1953.

Sources

Archives
AVB/TP 535 : 26498 (1913) ; 587 : 14761 (1913), 61658 (1953).

Ouvrages
BASYN, J.-M., Léon Govaerts (1860-1930). Un architecte de transition, (mémoire de licence en Histoire de l'Art et Archéologie), Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 1992.