Typologie(s)

immeuble de logements sociaux

Intervenant(s)

Léon GOVAERTSarchitecte1901

Statut juridique

Classé depuis le 06 novembre 1997

Styles

Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire du patrimoine social (La Fonderie - 2005)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Paysager
  • Scientifique
  • Social
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 29216
voir plus

Description

Remarquable immeuble de logements sociaux, de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., construit pour la Société anonyme des Habitations à Bon marché de l’agglomération bruxelloise, architecte Léon Govaerts, 1901.

Sobre élévation de quatre niveaux alignant quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., les médianes plus petites, séparées de larges trumeauxPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau.. SoubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en plaquis de calcaire, le reste de la façade en béton grenu et rehaussé d’un décor en ciment lisse. Toiture plate soulignée d’une haute corniche en bois, d’origine.
Au rez-de-chaussée, dans l’axe, dispositif d’entrée original repris sous un linteau travaillé en faisceaux: porche dans-œuvre flanqué de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. à chapiteaux d’inspiration égyptienne, fermé d’une grille (remplacée), et abritant la porte piétonne disposée en biais. De part et d’autre du porche, ouvertures latérales dont l’arc s’achève en ogive retournée, incluant le soupirail.
À chaque niveaux, portes-fenêtres positionnées de biais par rapport au plan de la façade, ce qui permet l’aménagement d’une petite terrasse à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerie (remplacé), bénéficiant d’une orientation ouest. TrumeauxPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. animés d’étroites petites niches cintrées aveuglesUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre.. À hauteur des trois premiers niveaux, linteaux reprenant le même motif à faisceau stylisé qui surligne le dispositif d’entrée.

Intérieur. À l’origine, dans chaque appartement: hall d’entrée équipé d’un placard de rangement et distribuant deux chambres, un WC ainsi qu’une cuisine et laverie privées donnant sur une terrasse-cour en façade arrière. Disposition en plan nouvelle pour les logements sociaux de l’époque.

Classement
06.11.1997


Sources

Archives
ACF/Urb. 23901 (2006-2007).

Ouvrages
DEL MARMOL, B., L’avenue Molière et le quartier Berkendael, Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles, 2002 (Bruxelles, Ville d’Art et d’Histoire, 33), p. 8.
GAIARDO, L., Société Coopérative du Logement de l’Agglomération bruxelloise. Centième anniversaire, IGEAT-ULB, 2000, pp. 7-9.