Typologie(s)

immeuble de bureaux

Intervenant(s)

Michel POLAKarchitecte1946-1949

Jean POLAKarchitecte1946-1949

André POLAKarchitecte1946-1949

Styles

Modernisme

Inventaire(s)

  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Recherches et rédaction

2013-2014

id

Urban : 23216
voir plus

Description

Immeuble de bureaux moderniste, architectes Michel, André et Jean Polak, 1946-1949.

Historique

La décision de construire rue des Palais un immeuble pour le Service des Contributions de Schaerbeek est prise peu avant la Seconde Guerre mondiale. À l'origine, le bâtiment devait être érigé à l'emplacement de la partie droite de l'immeuble de la RTT, immeuble dont seule la partie gauche était alors construite (voir no42-46). Les travaux de fondation à cet endroit sont toutefois arrêtés par les Allemands en 1942. En 1946, suite à la décision d'agrandir vers la droite l'immeuble de la RTT, un échange de terrains a lieu entre la Régie et l'État belge: l'immeuble des Contributions est reculé vers la droite et accolé à l'extension.

Description

Immeuble à structure de béton armé, composé de deux blocs: à rue, un bloc rectangulaire de sept niveaux, les deux derniers en retraits successifs; perpendiculairement à l'arrière, un socleMassif surélevant un support ou une statue. rectangulaire de quatre niveaux à patio sous lanterneau, portant deux ailes en T de neuf niveaux. Toitures en bâtièreToit à deux versants. aplatie recouverte de cuivre.

Façade à rue parementée de pierre bleue et de pierre blanche aux étages. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. de treize travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. égales, rythmée de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. colossaux et animée aux étages par un vaste encadrement à ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général.. De la septième à la neuvième travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., trois entrées piétonnes; portes métalliques vitrées à motifs de carrés et ouvrants à fins balustresPetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade. et poussoir tubulaire. Au-dessus de l'entrée axiale, porte-drapeau en bronze. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. remplacés.
Les portes ouvrent sur un hall parementé de marbres rouge et noir. Cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier. à mêmes matériaux et rampe métallique.

Façades arrière parementées de briques jaunes, rehaussées de pierre bleue et striées par les tranches blanches des dalles de béton. Larges oriels à angles courbes, percés de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade.. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. remplacés.

Sources

Archives
ACS/Urb. 204-42, 204-50-60.

Périodiques
«Extension de l'hôtel central des télégraphes et téléphones à Bruxelles», Architecture, Urbanisme, Habitation, 7-8, 1951, pp. 89-104.

Arbres remarquables à proximité