Typologie(s)

maison bourgeoise
villa à trois façades

Intervenant(s)

Albert HERENTarchitecte1928

Styles

Art Déco
École d'Amsterdam

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2012-2013

id

Urban : 22009
voir plus

Description

Ensemble composé d'une maison bourgeoise et d'une villa à trois façades, de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs. influencé par l'École d'AmsterdamArchitecture de l'École d’Amsterdam, dite également expressionnisme de brique (de 1913 à 1930 environ). Style architectural d’origine néerlandaise, caractérisé par des jeux de volumes et de brique foncée ou jaune de type « belvédère »., architecte Albert Herent, 1928. Le no79 est millésimé en façade à rue.

Élévations sous brisis et toit plat, en briques orangées, rehaussées de pierre blanche et de simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. blanche. À l'intérieur, cages d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier. de plan carré sous lanterneau.

Avenue du Suffrage universel 77 (photo 2013).

Au no77, élévation symétrique de trois niveaux, sous vaste pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à redents. Au rez-de-chaussée, oculusJour de forme circulaire, ovale ou polygonale. polygonal entre l'entrée de garage et un porche dans-œuvre percé d'une fenêtre; encadrements à retraits. Étages flanqués de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. à amortissementAmortissement. Élément décoratif placé au sommet d’une élévation.Amorti. Sommé d'un amortissement. géométrisé. Logette de plan polygonal sous terrasse devançant deux portes-fenêtres. Grilles du rez-de-chaussée et garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse, une porte-fenêtre, une gaine d'ascenseur... en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. d'origine. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. des deux premiers niveaux conservée; châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. du second à imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à vitrail. Clôture du jardinet supprimée.

Avenue du Suffrage universel 79 (photo 2013).

Au no79, façade vers l'avenue d'une travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général., accompagnée à gauche d'une fenêtre grillée sous le millésime. Façade latérale de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. Angle marqué par une logette de plan polygonal.
Côté avenue, entrée de garage, fenêtre de plan cintré à deux meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. au rez-de-chaussée, fenêtres de plan trapézoïdal aux niveaux supérieurs. Côté jardin, première travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. marquée par un avant-corps percé de deux petites fenêtres, surmonté d'une gaine de cheminée. La seconde percée de tripletsGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. de plan trapézoïdal. À la dernière, porche d'entrée dans-œuvre à escalier, ajouré d'arcadesBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. polygonales.
Jeux de briques en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. et encadrements à friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. en dents de scie. Portes d'origine, châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. pour la plupart conservés. Corniches recouvertes de PVC. Jardinet clos d'un muret à grilles en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage..
À l'intérieur, au rez-de-chaussée, salle à manger flanquée d'un office à l'avant, vaste hall et cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier. au centre, fumoir à l'arrière.

Sources

Archives
ACS/Urb. 250-77-79.