Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Alexis DUMONTarchitecte1905

Albert DUMONTarchitecte1905

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 36755
voir plus

Description

Ensemble de deux maisons bourgeoises différenciées, de style éclectique, par les architectes Albert et Alexis Dumont qui signent la façade, 1905.

Il débute une enfilade d’immeubles homogène, allant jusqu’au n°170.

Au n°162, remarquable façade d’inspiration Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., de quatre niveaux parés de (simili-)pierre blanche et percés de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. de formes variées. Au rez-de-chaussée marqué de refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages., porte piétonne axiale flanquée de deux fenêtres grillées. Au premier étage, bow-window axial flanqué de deux étroites fenêtres et couvert d’une terrasse fermée d’un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux., devançant une baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. de pierre. Dernier étage percé de trois fenêtres, l’axiale plus grande. Décor de bas-reliefs à motifs végétaux. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. conservée.

Au n°164, façade de trois niveaux alignant trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. aux étages, l’axiale plus large. Façade en briques et éléments de pierre blanche, sur soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en pierre bleue. Baies rectangulaires, à l’exception des fenêtres à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. jumelées par deux du rez-de-chaussée. Au premier étage, logette axiale de plan courbe à colonne centrale en meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie., couverte d’une terrasse fermée d’un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerie. Toiture mansardée éclairée d’une lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. axiale sous frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches., flanquée d’œils-de-bœuf. Porte de garage aménagée en 1956. Menuiserie partiellement conservée.

Sources

Archives
ACF/Urb. 3768; 164: 13279 (1936), 16952 (1956), 21602, 22121 (1997).