Typologie(s)

hôtel particulier
maison et atelier d’artiste

Intervenant(s)

Fernand DUBOISsculpteur

Victor HORTAarchitecte1901

Statut juridique

Classé depuis le 20 juillet 1972

Styles

Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Inventaire du patrimoine d'ingénierie (2011)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 36705
voir plus

Description

Très remarquable hôtel particulier de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., architecte Victor Horta, 1901.

Il fait partie d’une remarquable enfilade d’immeubles, allant du n°58 au n°94.

Fernand Dubois (1861-1939), sculpteur, graveur et médailleur symboliste fut l’élève de Charles Van der Stappen avec qui il collabora notamment à la décoration du salon de l’Hôtel Tassel (V. Horta, 1893; voir rue Paul Émile Janson n°6).

Élévation de composition à l’asymétrie très marquée, alignant trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de largeurs inégales à niveaux décalés, celle au centre, d’entrée, étant la plus étroite. Ces travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sont percées de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. de formes et de tailles variées, la plupart à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale.. Façade parée de pierre bleue et de pierre blanche d’Euville et de Savonnières.

Avenue Brugmann 80, élévation, ACF/Urb. 1846 (1901).

Au rez-de-chaussée, porte piétonne sous arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. à triple voussure, à extradosFace supérieure d’un arc (celle noyée dans la maçonnerie). On désigne les formes de l’extrados avec les mêmes termes que celles des arcs (ex: arc en plein cintre à extrados brisé). L’extrados en escalier est étagé à la manière d’un escalier. légèrement brisé; poignée de porte à motifs végétaux et sonnette dessinées par F. Dubois (accès au logement). À droite, porte cochère flanquée à gauche de deux étroites fenêtres grillées, surmontant deux petites fenêtres de cave (accès à l’atelier).

Au premier étage, en travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérale gauche, porte-fenêtre précédée d’un élégant balcon à jouesLe terme joues désigne les petits côtés d’un balcon, entièrement en pierre ou en maçonnerie. de pierre enserrant une grille en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.; en travée latérale droite, immense baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. éclairant, à l’origine, l’atelier du sculpteur qui occupe toute la partie droite de la maison.

Au deuxième étage, en travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales, fenêtres à colonnette(s) en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion. et garde-corps en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. au motif Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise.. Au centre, superposition de deux baies géminées à meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. de pierre: l’une à arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. rampants orientés vers l’extérieur (papillon), l’autre à arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. rampants orientés vers l’intérieur.

Allèges ornées d’un motif ornemental en forme de rubans.
Menuiserie conservée.

Intérieur. Construction sobre au programme fonctionnel combinant maison familiale et atelier d’artiste, conformément aux souhaits du commanditaire au mode de vie simple et ne disposant que de modestes moyens.

Plan originel conçu autour de l’atelier, pièce maîtresse de l’organisation intérieure. Il occupe toute la partie droite de l’immeuble et dispose d’une entrée spécifique donnant accès à une salle d’attente réservée aux clients de F. Dubois. Celle-ci se prolonge à l’arrière par un atelier de dessin surplombant un autre espace réservé à la couture. Le premier étage est vide, assurant la hauteur de l’atelier de moulage situé à l’entresol et de l’atelier de sculpture situé au-dessus (éclairé en façade par la grande baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. vitrée).

Partie privative donnant accès au logement occupant la partie gauche de l’immeuble: cuisines, salle à manger, salon au rez-de-chaussée; salle de jeux et salon au premier étage; chambres et salles de bain occupant l’entièreté du deuxième étage.

Avenue Brugmann 80, porte intérieure, © KIK-IRPA, Brussels (Belgium), cliché M103031.

Bien que séparées, les deux fonctions restent, conformément au souhait de F. Dubois, intimement mêlées notamment grâce aux deux escaliers communiquant situés au cœur de l’immeuble et éclairés en façade par les fenêtres situées au-dessus de la porte d’entrée privative.

Avenue Brugmann 80, cage d’escalier, © KIK-IRPA, Brussels (Belgium), cliché M103024.

Transformations intérieures réalisées en 1961 par l’architecte Jean Delhaye devenu propriétaire. Aménagements principalement réalisés dans la partie «atelier»: au sous-sol, installation d’une chaufferie, de sanitaires, cuisines et arrière-cuisine; au rez-de-chaussée, création d’un garage dans l’entrée, ajout de sanitaires et d’une cuisine dans l’ancien atelier de couture; ajouts de faux-plafonds au premier étage; interventions à hauteur des escaliers, etc.

Classement 20.07.1972

Sources

Archives
ACF/Urb. 1846, 17981 (1961), 18589 (1964).

Ouvrages
HOPPENBROUWERS, A., VANDENBREEDEN, J., BRUGGEMANS, J., Victor Horta.
Architectonographie. Bruxelles, 1975, p. 133.
BORSI, F., PORTOGHESI, P., Victor Horta, Bruxelles, 1996, pp. 28-29, 382, 264-269.
Goslar, M., Victor Horta 1861-1947. L’Homme-L’Architecte-L’Art Nouveau, Bruxelles, 2012, pp. 305-309.

Arbres remarquables à proximité