Typologie(s)

maison ou immeuble de rapport
cinéma
hôtel

Intervenant(s)

J. SEGERSarchitecte1874

Paul HAMESSEarchitecte1908

INCONNU - ONBEKEND1875-1900

Styles

Éclectisme
Néoclassicisme
Art nouveau
Modernisme

Inventaire(s)

  • Inventaire du patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Pentagone (1989-1993)
  • Inventaire des salles de cinéma (1993)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Technique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 33245
voir plus

Description

N° 146-148-150-152-154-156 Immeuble de rapport de style éclectique à tendance néoclassique, construit sur les plans de l’architecte J. Segers de 1874.

Façade enduite et peinte comprenant cinq niveaux dont un en entresol et sept travées sous toiture mansardée couverte d’ardoises. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. symétrique axée sur le ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. de la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. centrale à refends prolongé jusque dans la toiture et doté d’un fronton triangulaire brisé. Division en registresAlignement horizontal de baies sur un pignon. accentuée par les balcons continus en fonte au bel étage et au dernier niveau. Partie inférieure remaniée à plusieurs reprises, initialement en pierre bleue et à refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages., rythmée par des arcadesBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. jumelées au cintre mouluré et à impostes reliées, subsistant à la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiale. Liant les troisième et quatrième niveaux, pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. colossaux moulurés en creux à base rudentée et sous entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne.; pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. similaires, mais simplifiés, scandant le dernier niveau. Fenêtres échancrées à encadrement à filets et crossettesRessauts décoratifs situés aux angles d’un élément tel qu’un encadrement., à clé dans le ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général.. Balconnets en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion. aux trois baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. gauches du quatrième niveau; garde-corps renouvelés dans les travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. droites. Corniche à mutules et denticules au-dessus d’une friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. panneautée soulignée par un cordonCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition.. LucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. accostées d’ailerons et à fronton triangulaire.
Au n° 154, cinéma initialement dénommé «Théâtre Pathé», en style Art nouveau et construit en 1908 sur les plans de l’architecte Paul Hamesse, avec une structure en béton armé. Parterre et balcon d’environ 700 places. Transformé ultérieurement en cinéma d’actualités «Cinéac», de style fonctionnaliste, sur un projet de 1932 des architectes A. Gorska, P. de Montaut de Paris et Philibert. Aujourd’hui transformé en un complexe de plusieurs salles.

N° 158-160 Maison de style éclectique, de cinq niveaux avec entresol et cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous toiture mansardée couverte d’ardoises, du dernier quart du XIXe siècle. Jadis «Hôtel Continental Nord».

Façade en briques et en pierre blanche, horizontalement rythmée par le balcon à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion. continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. et par les cordonsCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition.; ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. central à peine marqué. Fenêtres échancrées, inscrites dans des niches rectangulaires, ornées d’une friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. denticulée et d’une clé aux deuxième et troisième niveaux, à linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. droit aux deux supérieurs; appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. saillants formant cordonCorps de moulure horizontal, à rôle purement décoratif, situé sur une partie quelconque d’une composition., garde-corps en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion. dans les trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiales et panneautage en pointe de diamant dans les allègesPartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. des travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales. Corniche denticulée sur consoles étirées. LucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. triangulaire, courbe dans la travée axiale. Rez-de-chaussée transformé à plusieurs reprises.

Sources

Archives
AVB/TP 18059 (1874), 1910 (1908), 40576 (1932).

Périodiques

La Cité, 1933, XI/2, p. 29.