Typologie(s)

atelier (artisanat)

Intervenant(s)

INCONNU - ONBEKEND1910-1946

Inventaire(s)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

Recherches et rédaction

2016-2017

id

Urban : 36607
voir plus

Description

Complexe industriel implanté à partir de 1910 dans l’îlot, ayant intégré rue de la Grotte une bâtisse érigée entre 1866 et 1868 et s’étant développé sur la propriété jusqu’en 1946.

Historique

C’est en 1910 que François Van Damme, spécialisé en carrosserie spéciale pour automobiles, implante un premier atelier au centre de la vaste parcelle, qui accueillait jadis l’estaminet La Grotte, implanté vers 1850 dans l’ancien domaine Hof ten Driessche. Cette parcelle occupe une large part de la moitié ouest de l’îlot dessiné par la rue de la Grotte, qui formait alors un U raccordé à la rue des Palais. L’atelier est accolé à l’arrière du no11 de la rue de la Grotte. Van Damme agrandit l’atelier jusqu’à border cette artère au nord en 1921 (ingénieur-architecte M. Mihrtadiant), puis à l’ouest en 1923-1924 (architecte François De Bond). Respectivement en 1924 et 1928, De Bond conçoit deux nouveaux ateliers, le premier avec salle d’exposition au rez-de-chaussée, le second de plan en L, de part et d’autre de la cour située au sud de l’atelier originel. En 1930-1931, les grands ateliers du nord de la parcelle sont encore agrandis à l’ouest. En 1946, le site est occupé par la société L’Électricité Industrielle Belge, qui fait ériger un logement de concierge, censé être provisoire, en retrait de la rue des Palais Outre-Ponts, par l’architecte Josse Franssen. En 1951, l’atelier de 1910 est partiellement reconstruit avec toiture en shedsCouverture de profil en dents de scie d’un bâtiment industriel, composée d’une succession de petits toits à deux versants d’inclinaison différente. Le versant du toit le plus pentu est d'ordinaire vitré. suite à un sinistre.

Description

Au no11 rue de la Grotte, vaste bâtiment de plan rectangulaire et de deux niveaux sous double toiture à croupesUne croupe est un versant de toit qui réunit les deux pans principaux d’un toit à leur extrémité. Contrairement à la croupette, la croupe descend aussi bas que les pans principaux.. Côté rue, façade en briques jadis blanchies, aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre. en partie gauche, à deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. en partie droite. Deux vastes portes cochères à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. (imposte anciennement aveugle à droite). Fenêtres de l’étage rabaissées au profit de la création de fenêtres de comble. En façade latérale gauche, cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. à l’origine avec porte centrale. Avant-corps d’un niveau à gauche. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. remplacée.
À l’intérieur, anciennement, logement en partie avant gauche, ouvrant latéralement sur un jardin; réfectoire à l’arrière.

Au no405 rue des Palais Outre-Ponts, de part et d’autre de la cour, ateliers de 1924 et 1928 de deux niveaux sous toit en bâtièreToit à deux versants.. Façades en briques rouges, rehaussées de briques plus foncées ou grises et de pierre bleue. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. séparées par des pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée. sur coussinets.
Bâtiment de droite de six travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. égales. Portes-fenêtres au rez-de-chaussée. Menuiserie remplacée. À l’origine, salle d’exposition au rez-de-chaussée et atelier à l’étage.
Bâtiment de gauche de plan en L. Quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. en façade est; portes-fenêtres au rez-de-chaussée. Six travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. en façade nord; porte-fenêtre flanquée d’une petite porte. Certaines portes et châssis conservés.

Sources

Archives
AVB/PP 2710 (1868).
AVB/TP Laeken 6182 (1910), 42553 (1921), 54201 (1923-1924), 54202 (1924), 38197 (1928), 38359 (1928), 39815 (1930-1931), 57516 (1946), 60878 (1951); rue de la Grotte 11: 91684 (1987).

Ouvrages
CULOT, M. [dir.], Bruxelles Hors Pentagone. Inventaire visuel de l'architecture industrielle à Bruxelles, AAM, Bruxelles, 1980, fiche 56.
GUILLAUME, A., MEGANCK, M., Atlas du sous-sol archéologique de la région de Bruxelles. 24. Laeken, Direction des Monuments et des Sites – Musées royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles, 2012, p. 67.

Cartes / plans
POPP, P. C., Atlas cadastral de Belgique, plan parcellaire de la commune de Laeken avec les mutations, 1866.