Typologie(s)

maison bourgeoise
villa à trois façades

Intervenant(s)

Fernand DE PAUWarchitecte1922

Fernand DE PAUWarchitecte1927

Styles

Art Déco
Éclectisme d'inspiration pittoresque

Inventaire(s)

  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Paysager
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2012-2013

id

Urban : 22181
voir plus

Description

À l'angle de l'avenue des Héliotropes, ensemble composé d'une maison bourgeoise et d'une villa à trois façades, de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs., la seconde d'inspiration cottage, conçues par l'architecte Fernand De Pauw pour un même commanditaire, respectivement en 1927 et 1922.

Élévations de deux niveaux sous toiture mansardée à brisis légèrement incurvé. Brisis et terrasson percés de lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC.. Jardinets clos d'une haie.

Au no372, élévation de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé., en briques rouges et pierre blanche. Travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. percée d'une entrée de garage et traitée aux niveaux supérieurs en oriel de faible saillie de plan trapézoïdal entre pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. à ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général.. Porte à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle., sous baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. et fenêtre toutes deux à meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie.. LucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de maçonnerie en tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste.. EntablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. de bois conservé. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. d'origine, à mises en plomb, la baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à vitraux. Porte piétonne vitrée en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage., à baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. intégrant une lanterne. Porte de garage remplacée.

Au no374, élévation composée de briques rouges, de zones crépies et en simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. blanche, ainsi que de pierre blanche. Elle est marquée par des jeux de volumes en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. et de toitures.
Deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales vers le boulevard, la première d'entrée, la seconde traitée en avant-corps de plan trapézoïdal. Entrée sous auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. à pans, porté par des colonnettes de bois bombées sur pilierSupport vertical de plan carré. de pierre; baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie., ornée de vitraux. LoggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. à l'étage.
Vers l'avenue, large avant-corps central de plan trapézoïdal, portant un second à l'étage, de moindre ampleur et bordé d'une terrasse. À gauche, tourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles. de plan polygonal sous toit en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon., à laquelle sont accolées deux terrasses d'angle superposées, la première à pilierSupport vertical de plan carré. de bois et toit à pans incurvé. À droite, volume à pan coupéPan de mur situé de biais sur l’angle d’un bâtiment. d'un niveau supplémentaire sous toit plat, à créneaux et rampantAdjectif indiquant qu’un élément d’élévation n’est ni horizontal ni vertical. Par extension, nom donné aux éléments situés de biais d’un pignon ou d’un fronton. concave. Vers l'angle arrière, rez-de-chaussée sous toit à pans, marqué par une arcadeBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre. et une terrasse à l'étage.
Balustrades de bois. Corniche et porte conservées. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. remplacés.

Sources

Archives
ACS/Urb. 372: 164-372; 374: 164-374.

Arbres remarquables à proximité