Typologie(s)

maison bourgeoise
maison ou immeuble de rapport

Intervenant(s)

E. VAN NOOTENarchitecte1912

Adolphe STAATJEarchitecte1937

Styles

Éclectisme
Art nouveau
Art Déco

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Paysager
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2012-2013

id

Urban : 22186
voir plus

Description

Ancienne maison bourgeoise de style éclectique d'inspiration Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., conçue en 1912 par l'architecte E. Van Nooten et transformée en 1937 en maison de rapport de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs. par l'architecte Adolphe Staatje.

La maison originelle est primée au Concours de façades de 1913-1914 organisé par la Commune de Schaerbeek. Son architecte est vraisemblablement l'auteur d'une maison similaire à Woluwe-Saint-Lambert (voir avenue des Deux Tilleuls no25).

Élévation de trois niveaux sur haut soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. et sous brisis et toit plat. Façade à l'origine en briques, rehaussée de pierre, aujourd'hui enduite. Deux premiers niveaux traités en avant-corps de plan trapézoïdal sous terrasse, remplaçant l'avant-corps originel, plus saillant. Il intègre toujours dans son pan gauche le porche d'entrée d'origine, percé d'une étroite fenêtre grillée et d'une porte. SoubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. percé en 1937 d'une entrée de garage à droite. LoggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. à parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. au deuxième niveau à gauche. Terrasse à même garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre., devançant un dernier niveau percé dès l'origine de quatre fenêtres jumelées par deux, sous linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée. commun. Elles flanquent un bas-relief originel en céramique, à volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc. et pointes de diamantBossage comptant plusieurs facettes, comme la pointe d’un diamant. dans les tons bleu et orange. Décor de grèsTerre cuite de texture serrée, légèrement vitrifiée, glaçurée ou non. Le grès désigne également une famille de pierres composées de silice. cérame assorti ajouté en 1937: minces plaquettes orange pour les trumeauxPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau., bleues à liseré doré pour les pans latéraux de l'avant-corps. À l'origine, façade rehaussée de frisesBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de perles courant à hauteur d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. et bordant les linteaux métalliquesPoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée.. Corniche simplifiée. Deux lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. originelles. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à petits-bois, ceux de l'avant-corps à gauche de 1937, des remplois de 1912 à droite, ceux du dernier niveau d'origine. Grilles de fenêtre originelles, tout comme la remarquable grille du jardinet, à lignes Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., chapelet de boules et motifs de lances.

Sources

Archives
ACS/Urb. 164-416.

Ouvrages
COMMUNE DE SCHAERBEEK, Concours de façades, manuscrit conservé au fonds local de la Maison des Arts de Schaerbeek.