Typologie(s)

maison d’habitation
rez-de-chaussée commercial

Intervenant(s)

Léon MORTIAUXarchitecte1881

Styles

Néoclassicisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Gilles (DMS-DML - 1997-2004)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1997-2004

id

Urban : 7401
voir plus

Description

Ensemble de cinq maisons néoclassiques, arch. Léon Mortiaux (selon De Keyser, G, 1996), 1881, édifiées pour le compte de l'entrepreneur Jean-Baptiste Mortiaux.

Élévations scandées de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau., à bossages au r.d.ch. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. partiellement conservée. Aux nos 161 et 163 r. de la Victoire et 102a et 104 r. Saint-Bernard, façades jumelées en miroir deux à deux, séparées par le no 159a r. de la Victoire, formant l'angle.

Au no 159a r. de la Victoire, élévation comptant une travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. r. de la Victoire et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. r. Saint-Bernard. R.d.ch. commercial.

Aux nos 161 et 163 r. de la Victoire et 102a et 104 r. Saint-Bernard, les maisons jumelées partagent une même élévation de quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. égales, celles dans l'axe en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général., percées d'une porte, devancées d'un balcon continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. à balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. au 1er étage et percées d'une baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. sous entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. scandé de modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche. au 2e.

Aux nos 161 et 163 r. de la Victoire, travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiales à bossages ; balcon continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. au 2e.

Aux nos 102a et 104 r. Saint-Bernard, baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. axiales du 1er sous corniche.

Au no 163 r. de la Victoire, magasin d'optique aménagé en 1957 par l'arch. Marcel Van de Maele, marqué par l'esthétique des années 1950. Belle devanture en chêne du Japon, percée d'une vaste vitrine à encadrement asymétrique en pierre blanche moulurée. Poignée d'origine, en boomerang.

Sources

Archives
ACSG/Urb. 1441 (1881) ; 163 : 128 (1957).

Arbres remarquables à proximité