Typologie(s)

maison ou immeuble de rapport
maison bourgeoise

Intervenant(s)

Paul HANKARarchitecte1888

Alphonse BARREZarchitecte1933

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Gilles (DMS-DML - 1997-2004)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1997-2004

id

Urban : 1780
voir plus

Description

Signé en façade « P(aul) Hankar arch » et édifié en 1888. De style éclectique à façade polychrome et de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé., la maison est exhaussée de deux étages et transformée en immeuble de rapport en 1933 (arch. Alphonse Barrez).

Ami de Hankar, E. Zegers-Regnard était chef de division au ministère de l'Intérieur et de l'Instruction publique. Il commanditera à l'arch. deux autres maisons à Bruxelles en 1894-1895.

Ayant fait l'objet de plusieurs projets, la façade d'origine comprend trois niveaux et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales, sous bâtièreToit à deux versants. percée de trois lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres.. Elle est caractérisée par les jeux polychromes propres à Hankar.
Soubassement en moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie. de poudingue de Namur bordé d'éléments de pierre bleue formant harpesLes harpes sont une superposition d’éléments dont la tête est alternativement courte et longue.. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. en briques rayées de bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. en pierre blanche, suivant un rythme un sur deux au r.d.ch., qui vont en se raréfiant aux étages. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. à piédroitsLes piédroits sont les éléments verticaux latéraux de l’encadrement d’une baie, portant son couvrement. et arc de déchargeArc noyé dans un mur plein, qui surmonte généralement un linteau ou un autre couvrement et sert à le soulager. alternant briques et éléments de pierre de natures différentes : pierre bleue au r.d.ch., blanche aux étages. Les linteauxÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. sont prolongés en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées.. À dr. du r.d.ch., porte rect. panneautée, à deux battants en chêne, surmontée d'un haut jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. sous linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. en pierre bleue mouluré. À g., large fenêtre sur appuiAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. mouluré, protégée à l'origine par une grille en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. d'inspiration japonisante (act. disparue). 1er étage devancé à g. d'une imposante logette en pierre bleue sur lourdes consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. et percée frontalement d'une vaste baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à croiséesBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit. ; allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. décorée dans l'axe d'un cercle circonscrivant à l'origine les initiales du propriétaire. Le 2e étage comprenait à l'origine trois baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. identiques. Les deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. de dr. ont été réunies en une large fenêtre par la suppression du trumeauPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. qui les séparait. Les deux niveaux supérieurs de 1933 répètent une composition analogue à celle du 3e niveau modifié. Le dern. est sommé d'une corniche en forte saillie scandée de modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche..

Sources

Archives
ACSG/Urb. 1843 (1888), 248 (1933).
AAM/Fonds Paul Hankar.

Ouvrages
LOYER, F., Paul Hankar. Naissance de l'Art Nouveau, AAM, Bruxelles, 1986, pp. 69-73.

Périodiques
« Maison, chaussée de Charleroi, 83, à Bruxelles, 1889 (architecte M. P. Hankar) », L'Émulation, 1893, col. 188-189, pl. 33-35.