La rue Edmond Picard relie la place Georges Brugmann à la rue Vanderkindere (Uccle) et est interrompue par l'avenue Molière. À partir des nos 45 et 54, elle se situe sur le territoire d'Uccle.

Elle est baptisée en souvenir du juriste et homme de lettres Edmond Picard (1836-1924). Fondateur du journal La Liberté et de la revue L'Art Moderne, E. Picard est également l'auteur d'un grand nombre d'articles sur des questions de droit belge et de plusieurs ouvrages tels « Le Juré » (1887), « Une vie simple » (1893), « Synthèse de l'antisémitisme ». Entamant une carrière politique, il est l'un des premiers sénateurs socialistes de Belgique mais ses opinions se colorent d'un antisémitisme qui ternit son image.

La rue est créée dans le cadre du Plan général d'alignement et d'expropriation par zones du quartier Berkendael, dressé par le géomètre César Boon, fixé par l'arrêté royal du 12.07.1902 et légèrement modifié par les arrêtés royaux des 02.05.1904 et 31.05.1904.

La construction de la rue, interrompue par la Première Guerre mondiale, s'est déroulée en deux phases : la première s'est étendue de 1908 à 1914 et la seconde s'est déroulée dans les années 1920.
Les premières maisons adoptent le style éclectique, de composition asymétrique. Mentionnons, par exemple, le no 17 et l'ensemble des nos 40 à 44 conçus par l'architecte Clément Martin en 1908 (voir ces nos). Durant cette première phase de construction, on trouve également des maisons de style Beaux-Arts, tel le no 21 érigé en 1913 par l'entrepreneur Jos Hamoir et le no 41 par Édouard Pelseneer en 1912 (voir ces nos).
Durant les années 1920, l'architecte Fernand Petit dessine neuf maisons (nos 23b, 27-27a, 29, 31, 35, 37, 39-39A, 46 et 48) dont trois sont érigées à sa demande : les nos 27-27a, 29, et 37. Les façades relèvent du style éclectique, mais assagi et tempéré par une certaine rationalisation. L'architecte a tenté d'innover dans les plans et la distribution des intérieurs. Les parcelles, un peu plus larges que celles trouvées habituellement, lui ont donné l'occasion de créer des espaces plus modernes et fonctionnels.

Rue Edmond Picard 18, avant-projet pour la nouvelle aile de l’Institut National du Sang, vue panoramique, Bureau J. Wybauw, ACI/Urb. 106-18 (1964).

Au début de la rue, côté pair, se trouvait un vaste complexe bâti à la demande de la Croix Rouge de Belgique, dont l'ancien Institut national du Sang, à l'angle de la place Georges Brugmann (architecte L. Attout, 1949), agrandi par la suite d'une annexe fonctionnelle (architecte Jacques Wybauw, 1964). Ils sont tous deux démolis en 2008 (voir place Georges Brugmann nos 28 et 29).

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACI/TP Historique des rues (1925) ; ACI/TP Convention Berkendael (plan dressé par le géomètre expert C. Boon, Ixelles, 20 septembre 1898).
ACI/Urb. 27-27a : 106-27-27a ; 31 : 106-31 ; 35 : 106-35 ; 37 : 106-37 ; 39-39a : 106-39-39a ; 46 : 106-46 ; 48 : 106-48.

Ouvrages
CULOT, M., VAN LOO, A., Musée des Archives d'Architecture Moderne, AAM, Bruxelles, 1986, pp. 300-303.
Fernand Petit, Architecte, Membre de la Société Centrale d'Architecture de Belgique, Publica, Édition d'Architecture et d'Industrie, Anvers, 1936, pp. 10-78.
Ixelles, Ensembles urbanistiques et architecturaux remarquables, ERU, Bruxelles, 1990, pp. 159-172.
PIRON, P., Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles, éd. Art in Belgium, Lasne, 2003, p. 286.

Périodiques
BLOMME, Y., « In memoriam Fernand Petit », Rythme, 19-20, 1955, p. 3.
« L'Institut National du Sang à Bruxelles. Bureau d'Architecte et d'Urbanisme : Jacques Wybauw, architecte, professeur. Direction des études : Robert d'Huys, architecte. Direction d'opérations : Paul Evrard, architecte », Architecture, 88, 1969, pp. 421-424.
Dh. E., « Nos planches, Habitation particulière, 41, rue Edmond Picard, Fernand Petit, arch. », L'émulation, 1, 1922, pp. 30-32, pl. 5 à 8.
« Institut national du sang », La Maison, 1, 1969, pp. 21-28.
PETIT, F., « Propriété, 37, r. Edmond Picard, Bruxelles », L'émulation, 2, 1929, pp. 18, 19.
Van Nerom, C., « Une remarquable villa à Uccle », Maison d'Hier et d'Aujourd'hui, 36, 1977, pp. 64-79.