Typologie(s)

maison bourgeoise
maison ou immeuble de rapport

Intervenant(s)

Paul PICQUETarchitecte1927

Paul HAMESSE & FRÈRESarchitecte, bureau d'architectes1924

Paul HAMESSEarchitecte1911

Styles

Éclectisme
Art Déco

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Forest (DPC-DCE - 2014-2020)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 36841
voir plus

Description

À l’angle de la place Constantin Meunier, ensemble formé de trois immeubles respectivement conçus en 1911 et 1924 par les architectes Paul Hamesse, Paul Hamesse & Frères, et en 1927 par l’architecte Paul Picquet.

L’ensemble actuel résulte de l’agrandissement en deux phases d’une maison bourgeoise conçue en 1911 par Paul Hamesse & Frères et portant le n°109. Sa façade (soit les deux premières travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. vers l’avenue Molière) a été agrandie de deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. supplémentaires en 1924 (n°111), et l’ensemble transformé ainsi en un premier immeuble de rapport. Le petit immeuble de rapport vers la place C. Meunier (soit les cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. suivantes) a été ajouté en 1927 et est accessible via la porte piétonne située au n°111.

Vers l’avenue Molière, deux façades de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé. sur quatre niveaux, organisées selon un schéma en miroir et actuellement enduites d’un ton clair. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. tantôt rectangulaires, tantôt à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle.. Aux derniers étages, en travées principalesTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. dont la baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. axiale est précédée d’un balconnet à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. Châssis remplacés.
Travée principale de la façade de gauche (1911) coiffée d’un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. chantourné et devancée, à hauteur des deux premiers niveaux, d’un oriel couvert d’une terrasse à désÉléments de pierre de section sensiblement carrée ou rectangulaire, disposés généralement aux angles d’un balcon. de pierre enserrant une ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux..
Travée principale de la façade de droite (1924) devancée aux deux premiers étages d’un balcon à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux..

Avenue Molière 109-111, élévation de l’extension réalisée en 1924, ACF/Urb. 8190 (1924).

Vers la place C. Meunier, façade (1927) alignant cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sur quatre niveaux. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. à cimentage de ton clair et partiellement en briques rouge foncé, rehaussée de deux oriels de plan trapézoïdal montant de fond: le premier à hauteur de la première travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., le second occupant la largeur des troisième et quatrième travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade..

Façades devancées d’une zone non aedificandi, fermée d’un muret enserrant des grilles, d’origine.


Sources

Archives
ACF/Urb. 5422 (1911), 6946 (1919), 7001 (1920), 8190 (1924), 9558 (1927), 1139 (1931), 25187 (2012), 25205 (2012), 25262 (2013), 25579 (2014), 26225 (2016).

Sites internet
Bruxelles, ville d'architectes - Paul Hamesse