Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Jules BRUNFAUTarchitecte1906

Styles

Éclectisme
Art nouveau
Néo-Renaissance flamande

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 36867
voir plus

Description

Remarquable maison bourgeoise de style éclectique, d’inspiration néo-RenaissanceLe style néo-Renaissance (de 1860 à 1914 environ) puise son inspiration dans l'architecture de la Renaissance, un courant artistique né en Italie au XVe siècle qui cherchait à ressusciter l’architecture de l'Antiquité gréco-romaine. flamande et Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., conçue à la demande d’H. Lebœuf par l’architecte Jules Brunfaut, 1906.

Elle fait partie d’une remarquable enfilade d’immeubles qui débute avec le n°177 (sur le territoire d’Ixelles) et s’achève avec le n°187.

Élévation de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé., sous toiture mansardée. Façade en briques rouges ponctuée d’éléments en pierre bleue, rayée et rehaussée d’éléments de pierre blanche. En travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., montant sur les deux premiers niveaux, oriel de plan trapézoïdal sous appentisToit à un seul versant., garni d’une structure fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. formée de minces colonnettes et de garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre.. Barres d’appuis. Deuxième étage souligné d’une friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de céramique; entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. orné d’un sgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur.. Brisis percé de deux lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. sous frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches.. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. remplacés.

Intérieur. Au cœur de la maison, vaste cage d’escalier éclairée par un lanterneau et doublée d’un escalier de service.

Façade précédée d’une zone non aedificandi partiellement aménagée en jardinet et fermée d’un muret en pierre bleue enserrant des grilles, d’origine.


Sources

Archives
ACI/Urb. 233-fonds non classé.
ACF/Urb. 4011 (1906), 6850, 12456 (1934), 21172.

Arbres remarquables à proximité