Typologie(s)

maison d’habitation

Intervenant(s)

Alphonse GELLÉarchitecte1895

Joseph PRÉMONTarchitecte1895

Statut juridique

Classé depuis le 16 septembre 1985

Styles

Éclectisme
Néo-Renaissance

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Extension Est (Apeb - 2006-2009)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2006-2008

id

Urban : 18455
voir plus

Description

Ensemble de six maisons de style éclectique, d'inspiration néo-RenaissanceLe style néo-Renaissance (de 1860 à 1914 environ) puise son inspiration dans l'architecture de la Renaissance, un courant artistique né en Italie au XVe siècle qui cherchait à ressusciter l’architecture de l'Antiquité gréco-romaine., conçues en 1895 par les architectes Alphonse Gellé et Joseph Prémont pour le Chevalier Ferdinand de Wouters d'Oplinter. Au no 79, sur l'angle, cartoucheDécor composé d’une table plane ou bombée, aux contours généralement sinueux, bordée d’un décor sculpté et/ou d’une mouluration, et sur laquelle prend parfois place un blason ou une inscription. Le médaillon est un cartouche rond ou ovale. de pierre bleue portant l'inscription : « GROUPE DE SIX MAISONS / A. GELLÉ & J. PRÉMONT. { Architectes 1895. ».

Square Marie-Louise 79, <a href='/fr/glossary/50' class='info'>cartouche<span>Décor composé d’une table plane ou bombée, aux contours généralement sinueux, bordée d’un décor sculpté et/ou d’une mouluration, et sur laquelle prend parfois place un blason ou une inscription. Le médaillon est un cartouche rond ou ovale.</span></a> portant la signature des architectes et le millésime (photo 2008).

Les architectes ont conçu des façades très soignées, toutes différenciées, mais des plans organisés de manière identique, à l'exception de celui du no 79, formant l'angle avec l'avenue Livingstone. Les nos 74 à 78 forment une composition rythmée, un sur deux (HEYMANS, V., 1994, p. 173). Les nos 74, 76 et 78 présentent une façade symétrique avec logette sous terrasse au premier étage et couronnement en pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc.. Les façades des nos 75 et 77 s'agencent, quant à elles, en deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., celle de gauche, d'entrée, traitée en avant-corps sur toute sa hauteur.

Square Marie-Louise 74 à 79, <a href='/fr/glossary/183' class='info'>élévations<span>Dessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades.</span></a>, AVB/TP 16341 (1895).

Façades en briques, rehaussées de pierre blanche et de pierre bleue, à l'exception de celles des nos 76 et 77, enduites à faux-jointsEnduit dans lequel sont tracés des sillons pour suggérer un appareil de pierre.. Elles comptent quatre niveaux, le dernier parfois mansardé, le premier de plain-pied avec le jardin. C'est le rez-de-chaussée qui abrite les services, traditionnellement aménagés dans le soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue.. Les maisons sont en effet dépourvues de ce niveau de sous-sol, les architectes ayant veillé à « ne pas creuser des fondations trop profondes à un endroit gagné récemment sur le grand étang de Saint-Josse ». Cette disposition génère de hautes façades, dont le caractère « imposant » contrebalance « l'aspect encaissé de cette partie du quartier » (HEYMANS, V., 1994, p. 356). Grilles de jardinet conservées.

Square Marie-Louise 74 (© V. Brunetta & M. Eberlin, 2009).

Au no 74, rez-de-chaussée percé à l'origine de deux étroites fenêtres grillagées dans l'axe, flanquées de deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement., fenêtre et porte, toutes sous linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. de pierre blanche. En 1930, les deux fenêtres de gauche sont remplacées par une porte de garage sous épais linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée. (architecte Albert Delcorde). Pierre blanche soigneusement ouvragée, rehaussée de frisesBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. en dents de scie. Logette et parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. à claire-voieUn élément est dit à claire-voie lorsqu’il est ajouré de petites ouvertures décoratives. de la terrasse ornés de motifs en croisillons. Fenêtres des étages à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. sous archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche. continue. PignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à rampants droits soulignés d'arcatures, ponctué de trois colonnettes polygonales sous amortissementAmortissement. Élément décoratif placé au sommet d’une élévation.Amorti. Sommé d'un amortissement.. Il est percé de deux fenêtres jumelles séparées par une colonnette, surmontées d'une troisième, sous tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. sculpté. Porte piétonne originelle, porte de garage conçue dans le même style en 1930. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. de la logette remplacés.

Square Marie-Louise 75 (photo 2008).

Au no 75, avant-corps de plan rectangulaire formant porche d'entrée à arcadeBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. ; porte à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. de même forme. Au rez-de-chaussée, deux étroites fenêtres jumelles à traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. biseautée et linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. délardé en accoladeUn élément est dit en accolade lorsque son tracé se compose de deux courbes en doucine se rejoignant selon une pointe. sur coussinetsPierres de taille formant saillie profilée dans l’embrasure de la baie. Ils sont situés au sommet des piédroits et portent un linteau ou un arc. découpés. Fenêtres des premier et deuxième étages à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle., celles de l'avant-corps jumelées, formant baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à croiséeBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit.. Fenêtres rectangulaires au troisième étage, celle de l'avant-corps à meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie., celle de la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de droite devancée d'une galerie de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. sur deux consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. de pierre, à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. à joursOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. trilobés et éléments de fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage., sous toit plat en bois. La forme trilobée se retrouve en allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre., ainsi que dans les fermettes des deux lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. à pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc., celle de droite, coiffant l'avant-corps, plus vaste et percée de deux fenêtres jumelles à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. ; épis de faîtage à l'origine. Porte conservée, à joursOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. grillagés. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. anciens.

Square Marie-Louise 76 (photo 2008).

Au no 76, à l'origine, rez-de-chaussée percé symétriquement de deux fenêtres suivies d'une porte à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale.. En 1920, fenêtres remplacées par une porte de garage suivie d'une étroite fenêtre grillagée (architecte Henry). Logette particulièrement ouvragée, sous terrasse à parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. ajouré d'arcatures serties de fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. Aux premier et second étages, fenêtres latérales à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. sous couronnement ornementé. Toiture mansardée, devancée par un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à trois registresAlignement horizontal de baies sur un pignon., orné d'aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement., de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. et d'acrotèresAmortissement composé d’un socle sur lequel repose un élément décoratif. ; le premier registreAlignement horizontal de baies sur un pignon. est percé de deux fenêtres flanquées de deux autres plus étroites, le deuxième d'une fenêtre unique et le troisième est agrémenté d'un décor de niche aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre. sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc.. Porte piétonne originelle, porte de garage conçue dans le même style en 1920. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. anciens.

Square Marie-Louise 77 (© V. Brunetta & M. Eberlin, 2009).

Au no 77, avant-corps de plan trapézoïdal, percé de tripletsGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. ; porte au rez-de-chaussée, sous tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. orné d'un motif en éventail. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rectangulaires ou à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle.. En travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de droite, rez-de-chaussée orné de bossages et percé de deux étroites fenêtres jumelles grillagées. AllègesPartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. à balustresPetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade.. Avant-corps à couronnement ornementé. Toiture mansardée percée de deux lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie., celle surmontant l'avant-corps de plan rectangulaire, à entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne., frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. cintré ouvragé et toiture à flèche et épi de faîtage. LucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de droite plus petite, sous frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. et couronnement semi-circulaire. Porte conservée.

Square Marie-Louise 78 (photo 2008).

Au no 78, rez-de-chaussée percé à l'origine de deux étroites fenêtres dans l'axe, flanquées d'une fenêtre grillagée et d'une porte. Les fenêtres axiales sont remplacées par une fenêtre unique en 1923, date à laquelle l'intérieur et la façade arrière sont transformés (architecte A. De Vleeschouwer). BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rectangulaires ou à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle.. Porte sous corniche cintrée. Premier étage occupé par une logette de plan trapézoïdal, sous terrasse à balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire.. Celle-ci devance une porte-fenêtre sous entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne., flanquée de deux étroites fenêtres sous tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. sculpté. Toiture mansardée devancée d'une vaste lucarne-pignonLucarne dont le devant triangulaire évoque un pignon. interrompant une corniche à lambrequinUne corniche est dite à lambrequin lorsqu'elle est agrémentée d’un bandeau chantourné à la manière d’un lambrequin, une bordure sinueuse d’étoffe servant à décorer une fenêtre ou un baldaquin de lit.. La lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. est percée de deux fenêtres jumelles devancées d'un balconnet à balustresPetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade.. PignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à rampants droits, percé d'une fenêtre sous tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. et coiffé d'un frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. ; terminaison aujourd'hui raccourcie. Porte conservée ; châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. partiellement anciens.

Square Marie-Louise 79 et avenue Livingstone 33 (photo 2008).

Au no 79, à l'angle de l'avenue Livingstone, élévation de deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. vers le square et quatre vers l'avenue. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. ou en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale., certains ménageant un tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. sculpté. Vers le square, première travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. devancée par un balcon à jouesLe terme joues désigne les petits côtés d’un balcon, entièrement en pierre ou en maçonnerie. puis par un balconnet, à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. La fenêtre du rez-de-chaussée remplace, depuis 1955, deux petites fenêtres jumelles surmontées par l'arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. existant. Porte à la seconde travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. Second étage flanqué de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. sur culot ouvragé et coiffé d'un imposant pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement. en vague et pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. à 45 degrés sous amortissementAmortissement. Élément décoratif placé au sommet d’une élévation.Amorti. Sommé d'un amortissement.. Il est percé de trois fenêtres jumelles, surmontées d'une quatrième. Vers l'avenue, première travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. coiffée d'un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. identique, aux fenêtres latérales aveuglesUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre.. PilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. plus larges. Petite fenêtre au rez-de-chaussée et logette de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. de plan trapézoïdal au premier étage, sous terrasse à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. remplacé. Deuxième travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. limitée aux deux premiers niveaux, le premier percé de la porte principale, sous entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. et frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches.. Troisième travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. percée d'une large fenêtre au rez-de-chaussée et de fenêtres jumelées aux étages, sous lucarne passanteUne lucarne est dite passante lorsqu'elle est située dans le plan de la façade et interrompt la corniche ou l’entablement terminal du bâtiment. à pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc.. La dernière travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. devait à l'origine être aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre. au rez-de-chaussée et percée de fenêtres jumelles aux étages. En 1926, fenêtre établie au rez-de-chaussée et porte-fenêtre à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. métallique au premier. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. anciens, certains dotés de vitrage à petits-fers. Portes conservées.
Le jardin de la propriété, clos d'un mur à l'origine, est bâti, en 1928, d'une annexe de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., dans le même style, portant le no 33 de l'avenue Livingstone. Son rez-de-chaussée est transformé en magasin en 1955, puis la vitrine est remplacée par deux fenêtres en 1985.

Classement 16.09.1985, avec les nos 69 à 73.

Sources

Archives
AVB/TP 16341 (1895) ; 74 : 36472 (1930) ; 76 : 27359 (1920) ; 78 : 29303 (1923) ; 79 : 35094 (1928), 55101 (1942), 64360 (1955), 90928 (1985).

Ouvrages
Bruxelles, Monuments et Sites classés, Région de Bruxelles-Capitale, Service des Monuments et Sites, Bruxelles, 1994, p. 148.
HEYMANS, V., Architecture et Habitants. Les intérieurs privés de la bourgeoisie à la fin du XIXe siècle (Bruxelles, quartier Léopold – extension nord-est) (thèse de doctorat en Histoire de l'Art), Université libre de Bruxelles, Bruxelles, 1994, pp. 173, 356.

Périodiques
HOPPENBROUWERS, A., VANDENBREEDEN, J., AERS, J., « Forum : Notre Patrimoine Architectural », A+, 38, 1977, pp. 23-27.
L'Émulation, 1901, pl. 31.