Typologie(s)

maison d’architecte
dépendances

Intervenant(s)

Henri CORRarchitecte1892

Henri CORRarchitecte1912

Styles

Éclectisme
Beaux-Arts

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Extension Est (Apeb - 2006-2009)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2006-2008

id

Urban : 18446
voir plus

Description

Ancienne maison personnelle de l'architecte Henri Corr, conçue en 1892 en style éclectique et transformée par lui-même en style Beaux-ArtsStyle Beaux-Arts (de 1905 à 1930 environ). Courant architectural puisant son inspiration dans les grands styles français du XVIIIe siècle. Riche et ornementé, il se caractérise souvent par des élévations en (simili-)pierre blanche et/ou brique orangée ainsi que par l’usage du fer forgé pour les garde-corps et la porte. en 1912.

Square Marie-Louise 64, élévation originelle, AVB/TP 16292 (1892).

La façade originelle présentait deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales, la principale dotée d'une large logette et coiffée d'un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à fermette. En 1896, l'architecte fait établir un porche rustique au niveau de l'entrée, ainsi qu'un auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. de bois au-dessus de la fenêtre du rez-de-chaussée.

Rue Boduognat 6a, bureaux dépendant du n[sup]o[/sup] 64 square Marie-Louise, <a href='/fr/glossary/183' class='info'>élévations<span>Dessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades.</span></a> avant et arrière, AVB/TP 16330 (1899).

En 1899, il construit son bureau à l'autre extrémité de la parcelle, à front de la rue Boduognat : un bâtiment d'un niveau sous toit mansardé, orné de colombages et doté d'une tourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles. vers le jardin. Il est modifié, à usage de garage, en 1938. En 1912, outre le rhabillage de la façade et la surhausse d'un niveau, une galerie est établie dans le jardin, reliant la maison au bureau arrière.

Square Marie-Louise 64, <a href='/fr/glossary/183' class='info'>élévations<span>Dessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades.</span></a> transformée et originelle, AVB/TP 16330 (1912).

Élévation en pierre blanche et simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. blanche, rehaussée de pierre bleue. Façade de trois niveaux et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales, la principale marquée par un avant-corps de plan courbe de deux niveaux percé de trois fenêtres jumelles et surmonté d'une terrasse. Cette travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. est couronnée par un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. semi-circulaire percé d'un oculusJour de forme circulaire, ovale ou polygonale. ovale, surligné par la corniche. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. ou en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle., à agrafe décorative. Porte sous oculusJour de forme circulaire, ovale ou polygonale. ovale à encadrement à aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement.. Barres d'appuiPetit garde-corps de faible hauteur et non saillant, compris dans l’embrasure d’une fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. Au dernier niveau, balustresPetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade. ornant allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. et garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. ; porte-fenêtre flanquée de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau.. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. conservée ; porte à traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. chantournée et jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. grillagé, châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à petits-bois. Grille du jardinet conservée.


Au rez-de-chaussée, la cheminée du salon est ornée d'une hotteLa hotte d'une cheminée est le départ de son conduit, au-dessus du manteau. d'inspiration Louis XV.

Sources

Archives
AVB/TP 16292 (1892), 16330 (1896-1912), 49352 (1938).