Typologie(s)

maison d’habitation

Intervenant(s)

Styles

Éclectisme
Néo-Renaissance flamande

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Extension Est (Apeb - 2006-2009)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2006-2008

id

Urban : 18019
voir plus

Description

Deux maisons de style éclectique, de deux niveaux sous toit mansardé. Le no 13 est conçu en 1895 par l'architecte Henri Van Massenhove. Le no 12, de 1905, remplace une maison de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé. dessinée en 1897. Il est conçu comme une extension, dans le même style, du no 13. Leur intérieur est entièrement réaménagé en 1922. En 1954, le no 12 est doté d'une entrée à rue et les deux immeubles sont séparés.

Élévations en pierre blanche, rehaussées de pierre bleue. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rectangulaires. EntablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. orné de sgraffitesTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur., ceux du no 13 mal conservés, ceux du no 12 rénovés. Grilles de jardinet conservées.

Square Ambiorix 12 (photo 2007).

Au no 12, élévation symétrique de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. Rez-de-chaussée percé à l'origine d'un tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. avec baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. latérales à traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie., devancé d'un balcon à balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire.. En 1954, le balcon est supprimé et la baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. de gauche transformée en imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. pour la nouvelle porte d'entrée et garnie d'un vitrail. Trois lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à toit en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. soigné, sous amortissementAmortissement. Élément décoratif placé au sommet d’une élévation.Amorti. Sommé d'un amortissement. sphérique. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. pour la plupart conservés. Cache-volets conservés à l'étage.

Square Ambiorix 13 (photo 2007).

Au no 13, élévation de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé.. Porte sous entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. et baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement. et frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. sous amortissementAmortissement. Élément décoratif placé au sommet d’une élévation.Amorti. Sommé d'un amortissement.. AllègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. à balustresPetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade. au rez-de-chaussée. Balcon de plan cintré sur hautes consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. et culot axial sculpté ; garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. et désÉléments de pierre de section sensiblement carrée ou rectangulaire, disposés généralement aux angles d’un balcon. ouvragés. Lucarne passanteUne lucarne est dite passante lorsqu'elle est située dans le plan de la façade et interrompt la corniche ou l’entablement terminal du bâtiment. à aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement., devancée d'un balconnet à grille en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. sous lequel prend place le millésime « 1895 », dans un cartoucheDécor composé d’une table plane ou bombée, aux contours généralement sinueux, bordée d’un décor sculpté et/ou d’une mouluration, et sur laquelle prend parfois place un blason ou une inscription. Le médaillon est un cartouche rond ou ovale. découpé. Porte conservée ; châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. remplacés.

En 1905, le soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. du no 12 est conçu comme une salle de billard, tandis que le rez-de-chaussée est aménagé en une vaste salle à usage de fumoir. Quatre « chambres de sujet » occupent les mansardes.

Square Ambiorix 12 et 13, plan du rez-de-chaussée, AVB/TP 27684 (1922).

En 1922, l'espace central du no 13 est converti en un vaste hall, où débute un escalier d'honneur de plan carré. Une cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier. de service lui est accolée à l'arrière. La pièce arrière et une partie de la cour sont, quant à elles, transformées en une salle à manger, dotée d'une avancée de plan polygonal vers le jardin de no 12. Cette salle est surmontée, au premier étage, par un atelier de même plan. À l'avant, au premier étage, la « chambre de Monsieur », au no 13, communique avec celle « de Madame », au no 12.

Square Ambiorix 13, rez-de-chaussée, vue de la salle à manger vers le jardin  (photo 2009).

L'intérieur du no 13 conserve son aménagement de 1922, réalisé dans un style néo-Renaissance flamandeLe style Renaissance flamande (XVIe s.) mêle des éléments inspirés de la Renaissance italienne à l’héritage architectural médiéval local. Le style néo-Renaissance flamande (de 1860 à 1914 environ) cherche à ressusciter cette architecture, à la faveur de l’émergence du nationalisme belge. Il se caractérise par des élévations en briques et pierres et des formes caractéristiques (pignons, tourelles, logettes). fort tardif pour l'époque. Vestibule d'entrée à voûte en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. ; baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. de la porte ornée d'un vitrail à motif chantournéUn élément est dit chantourné lorsque sa forme alterne courbe et contre-courbe. et munie d'aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement.. Dans le hall se dresse contre le mur gauche une vaste arcadeBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. de bois à pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. et corniche ; elle marquait le passage vers le no 12, aujourd'hui muré. L'escalier d'honneur est entièrement en bois ; l'accès aux caves est marqué par une niche à colonnes engagées sous frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches.. À l'arrière, la salle à manger conserve son imposante cheminée ; manteauManteau de cheminée. Construction d’ordinaire en marbre, renfermant le foyer d’une cheminée. orné d'un atlanteStatue masculine jouant le rôle d’une colonne ou d’une console et portant une corniche, un entablement, un chapiteau ou un balcon. et d'une cariatideStatue féminine jouant le rôle d’une colonne ou d’une console et portant une corniche, un entablement, un chapiteau ou un balcon., hotteLa hotte d'une cheminée est le départ de son conduit, au-dessus du manteau. décorée d'une scène peinte. LambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. de bois ouvragés. Fenêtres ornées de vitraux. Plafond à caissons peint d'un décor dans les tons rouge et or. Au premier étage, l'atelier présente une cheminée de marbre à colonnes ioniques torsesUn élément est dit torse lorsqu'il se contourne en hélice..

Sources

Archives
AVB/TP 6628 (1905), 63142 (1954) ; 12 : 6634 (1897) ; 13 : 6631 (1895), 27684 (1922).