Typologie(s)

immeuble à appartements
immeuble de bureaux

Intervenant(s)

Henri WILDENBLANCKarchitecte1923

Styles

Beaux-Arts

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Anderlecht-Cureghem (Archistory - 2017-2019)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique

Recherches et rédaction

2016, 2019

id

Urban : 36317
voir plus

Description

Immeuble de style Beaux-ArtsStyle Beaux-Arts (de 1905 à 1930 environ). Courant architectural puisant son inspiration dans les grands styles français du XVIIIe siècle. Riche et ornementé, il se caractérise souvent par des élévations en (simili-)pierre blanche et/ou brique orangée ainsi que par l’usage du fer forgé pour les garde-corps et la porte. à usage de bureaux et logements, conçu en 1923 par l’architecte Henri Wildenblanck pour un certain Justin Drapier-Gosset. Plus tôt dans l’année, ce dernier avait fait dessiner, par l’architecte Jules Ghobert, un bâtiment de plan coudé à usage de garage et d’atelier, occupant l’arrière de la parcelle. Il communiquait, dans l’angle arrière droit, avec l’usine de tabacs et cigarettes de Camille Gosset, due au même architecte (voir no 24-28). En 1932, l’architecte Am. Gontier transforme les bâtiments à rue et arrière pour accueillir des logements, ainsi qu’un rez-de-chaussée commercial à l’avant.

Immeuble à rue de cinq niveaux, sous brisis et toit plat. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. symétrique de cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. égales, la deuxième percée d’une entrée cochère. Façade en briques rouges, accompagnée de pierre bleue aux deux premiers niveaux, de pierre blanche aux suivants. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. marquées par des arcadesBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol., à pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. à bossages rustiques aux deux premiers niveaux, portant un entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne., et coiffés d’un cartoucheDécor composé d’une table plane ou bombée, aux contours généralement sinueux, bordée d’un décor sculpté et/ou d’une mouluration, et sur laquelle prend parfois place un blason ou une inscription. Le médaillon est un cartouche rond ou ovale., sous arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. chantournéUn élément est dit chantourné lorsque sa forme alterne courbe et contre-courbe. à archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche. continue formant architraveMoulure inférieure de l’entablement, située sous la frise.. Aux étages, fenêtres à deux meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie., celles des deuxième et cinquième travées au dernier à porte-fenêtre axiale avec garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. Porte à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panier à imposante clefClaveau central d’un arc ou d’une plate-bande. Il s’agit d’un élément architectonique. Le terme s'utilise également pour des éléments purement décoratifs qui évoquent une clef à rôle structurel. à voluteOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc.. Les trois fenêtres de droite transformées en devanture. Cinq larges lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. à quatre pilastres. Corniches conservées, de même que la majorité des châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. des étages, à imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à petits-bois.
Contre la façade arrière, à droite, corps annexe de cinq niveaux sous toit plat.
À l’intérieur, cage d’escalier de plan cintré avec lift central dans l’axe en façade arrière; monte-charge accolé à droite. À l’origine, vastes plateaux structurés de deux rangées de piliersSupport vertical de plan carré. centrales. Au rez-de-chaussée, bureau suivi d’un logement en travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. gauche. Dans les mansardes, logement aux deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de gauche. En 1932, au rez-de-chaussée, création d’un logement tout en longueur à gauche. Conciergerie à la troisième travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. et deux magasins avec escalier en colimaçon aux dernières. Aux étages, deux logements traversants, flanquant un troisième en façade avant. Monte-charge transformé en ascenseur, désormais accessible par la cage d’escalier.

En fond de parcelle, bâtiment coudé à structure de béton, de trois niveaux sous toit plat, à usage de garages au rez-de-chaussée, d’ateliers puis de logements aux étages.

Sources

Archives
ACA/Urb. 17054 (13.08.1923), 17310 (04.02.1924), 24517 (18.04.1932).