Typologie(s)

immeuble à appartements
ascenseur historique
atelier (artisanat)

Intervenant(s)

Henri WILDENBLANCKarchitecte1925

Styles

Beaux-Arts
Art Déco

Inventaire(s)

  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire des ascenseurs historiques (Homegrade - DPC)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Anderlecht-Cureghem (Archistory - 2017-2019)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Technique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016, 2019

id

Urban : 36320
voir plus

Description

Immeuble de style Beaux-ArtsStyle Beaux-Arts (de 1905 à 1930 environ). Courant architectural puisant son inspiration dans les grands styles français du XVIIIe siècle. Riche et ornementé, il se caractérise souvent par des élévations en (simili-)pierre blanche et/ou brique orangée ainsi que par l’usage du fer forgé pour les garde-corps et la porte. à usage de bureaux et ateliers de confection, conçu en 1925 par l’architecte Henri Wildenblanck. Il est érigé pour le compte de Camille Gosset, propriétaire de la manufacture de tabacs et cigarettes voisine (voir no 24-28). L’immeuble abritait initialement la Destrooper’s Raincoats Company, firme spécialisée en manteaux et gabardines.

Bâtiment de six niveaux sous brisis et toit plat. À l’arrière, il est prolongé à droite par une aile coudée de même hauteur, tandis qu’au fond à gauche prend place un magasin de trois niveaux sous toit plat. Ce dernier, ainsi que la petite cour située à l’arrière, communiquaient initialement avec la manufacture Gosset.

Façade entièrement en pierre blanche. Abondant décor sculpté de roses. Élévation symétrique de cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., les latérales marquées par un oriel de plan chantourné de quatre niveaux sous terrasse et sur culot en panier de fleurs. Au cinquième étage, balcon continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. dans l’axe, sur quatre hautes consoles ouvragées. Terrasses et balcon à balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. continue à balustresPetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade. en pilierSupport vertical de plan carré.. Assises soulignées par une épaisse friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. florale. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. pour la plupart sous plate-bande, à agrafe ornementée pour les fenêtres centrales du troisième étage. AppuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. sur culots aux oriels et au quatrième. Au rez-de-chaussée, trois vastes fenêtres au centre, flanquées par deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. et encadrement arrondi ornementé, celle de gauche une entrée cochère à chasse-roues, celle de droite prévue comme fenêtre, aujourd’hui une porte piétonne. Porte métallique vitrée, à décor d’enroulements de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs.. Portes-fenêtres latérales du dernier étage à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. et encadrement en gorge. Brisis percé de trois lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. à corniche cintrée. Latéralement, lucarnes passantes de maçonnerie, à couronnement cintré sur colonnes cannelées engagées; amortissements en panier de fleurs dans l’axe et prenant la forme de singes assis latéralement. LucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. percées d’une porte-fenêtre à arc en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle., dotée d’un balconnet de plan chantournéUn élément est dit chantourné lorsque sa forme alterne courbe et contre-courbe., à culot ouvragé et garde-corps en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. Barres d’appui en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. remplacés.

À l’intérieur, cage d’escalier principale de plan cintré dans l’axe en façade arrière. Vastes plateaux structurés d’une rangée de piliersSupport vertical de plan carré. centrale. Rez-de-chaussée initialement prévu à usage de bureaux, avec loge de concierge à l’arrière. Ateliers ou stockage aux autres niveaux. Aile coudée abritant à l’arrière l’escalier de service, de même plan que la cage principale, ainsi qu’un monte-charge.

Sources

Archives
ACA/Urb. 18768 (12.01.1926).