Typologie(s)

hôpital/clinique

Intervenant(s)

O. GEERLINGarchitecte1882-1888

Guillaume DE VOSarchitecte1882-1888

Styles

Néo-Renaissance flamande

Inventaire(s)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

Recherches et rédaction

2009-2011

id

Urban : 20086
voir plus

Description

Historique
La construction de l'hôpital militaire d'Ixelles, aujourd'hui en grande partie démoli, est liée à l'installation des casernes d'Etterbeek et à la modernisation des infrastructures militaires à la fin du XIXe siècle. Prévu dès 1875, le projet se concrétise en 1882 et aboutit en 1888, lors de l'inauguration de l'hôpital. L'architecte O. Geerling (chapelle et bâtiment principal) et le colonel du génie De Vos (les autres bâtiments) tirent profit du vaste terrain en forte pente pour construire un hôpital à la pointe du progrès. Considéré comme un modèle du genre jusqu'en 1914, l'hôpital subit ensuite plusieurs transformations afin de l'adapter à l'évolution de la recherche médicale. En 1974, il est jugé obsolète. L'armée déménage alors son hôpital à Neder-Over-Heembeek et revend le site. Les bâtiments sont laissés à l'abandon durant 25 ans pour être finalement démolis (à l'exception des logements des infirmiers et du directeur) au profit d'un vaste ensemble de logements et de bureaux construits entre 1995 et 2005.

Avenue de la Couronne, hôpital militaire, plan d’ensemble (© archives du Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire, Atlas de l’hôpital militaire, BM121R).

Plan de l'hôpital
Les bâtiments étaient construits sur trois terrasses successives. Pour des raisons d'hygiène, les malades étaient installés dans quinze pavillonsLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. aérés (pouvant chacun accueillir une vingtaine de patients) reliés entre eux et aux bâtiments administratifs par un réseau de galeries vitrées. Au centre se trouvait une chapelle surélevée dissimulant les installations de chauffage et d'électricité. À front de rue, les divers bâtiments techniques et administratifs (notamment le réfectoire, les cuisines, la salle d'hydrothérapie, le service pharmaceutique, une morgue, un amphithéâtre, le logement des infirmiers, l'habitation du directeur,…) ainsi que le couvent des sœurs hospitalières de saint Augustin (vers la rue Augustin Delporte) encadraient l'ensemble. De style néo-Renaissance flamandeLe style Renaissance flamande (XVIe s.) mêle des éléments inspirés de la Renaissance italienne à l’héritage architectural médiéval local. Le style néo-Renaissance flamande (de 1860 à 1914 environ) cherche à ressusciter cette architecture, à la faveur de l’émergence du nationalisme belge. Il se caractérise par des élévations en briques et pierres et des formes caractéristiques (pignons, tourelles, logettes)., le bâtiment à front de l'avenue de la Couronne mesurait 244 mètres de long.

Description des bâtiments conservés
Seuls les deux pavillonsLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. d'angle de style néo-Renaissance flamandeLe style Renaissance flamande (XVIe s.) mêle des éléments inspirés de la Renaissance italienne à l’héritage architectural médiéval local. Le style néo-Renaissance flamande (de 1860 à 1914 environ) cherche à ressusciter cette architecture, à la faveur de l’émergence du nationalisme belge. Il se caractérise par des élévations en briques et pierres et des formes caractéristiques (pignons, tourelles, logettes). sont conservés.
L'habitation du directeur (formant l'angle avenue de la Couronne – avenue Auguste Rodin)est dès l'origine une construction indépendante à quatre façades. Le logement des infirmiers (formant l'angle avenue de la Couronne – rue Adolphe Mathieu)était, quant à lui, accolé au réfectoire.

Avenue Auguste Rodin 8, ancien hôpital militaire, habitation du directeur (photo 2011).

Sur soubassementsPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en pierre bleue, élévationsDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. de deux niveaux sous toiture en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. percée de lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres., en briques rouges abondamment rehaussées d'éléments en pierre bleue (dont de nombreuses pointes de diamant) et en pierre blanche (bandeaux). Angles harpés. AncresPièce métallique apparente ou noyée dans l’enduit de façade, fixée à l’extrémité d’un tirant en fer pour solidariser les murs et les planchers. Il existe des ancres purement décoratives, non reliées à des tirants. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. MenuiseriesÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. en grande partie remplacées à l'identique.

Au n°8 avenue A. Rodin, les façades d'entrée et arrière comptent trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., les façades latérales, quatre. Les travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiales des façades formant l'angle sont couronnées de lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. richement ornées (fronton, frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. brisé, volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc., amortissements). Porte d'entrée sous frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. brisé et baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie.. En façade arrière (autrefois vers le jardin), travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiale plus haute, en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. et à niveaux décalés.

Au n°1 rue A. Mathieu, aucune des trois façades anciennes n'est percée d'une porte, celle-ci ayant été intégrée à la nouvelle façade créée là où le bâtiment était autrefois accolé au réfectoire. La façade vers l'avenue de la Couronne compte trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., les façades latérales, deux. Fenêtres à croiséeBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit., sous tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle.. Vers l'avenue de la Couronne, travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiale en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. et couronnée d'une lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. richement ornée.

Rue Adolphe Mathieu 1, ancien hôpital militaire, logement des infirmiers (photo 2011).

Dans le cadre du réaménagement du site, de nouvelles voiries ont été créées (avenues Hergé et Marguerite Yourcenar, place Adolphe Sax) ainsi qu'un parc (parc Albert II). Des éléments de l'ancien hôpital ont été réemployés dans l'aménagement du parc: grilles de clôture, marquisesAuvent métallique vitré., frontonsCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches., encadrements de portes et colonnes.

Sources

Archives
Archives du Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire, Atlas de l’hôpital militaire, BM121R.

Ouvrages
1888-1980. Le quartier Lieutenant-Général Médecin Melis. L'Hôpital militaire de Bruxelles (avenue de la Couronne)–1888-1980. Het Kwartier Luitenant-Generaal Geneesheer Melis. Het Militair Hospitaal van Brussel (Kroonlaan), Hôpital militaire de Bruxelles–Militair Hospitaal van Brussel, Bruxelles–Brussel, s.d.
Le quartier Lt-Gén. Médecin Melis. L'Hôpital militaire de Bruxelles, 1888-1980, s.l., s.d.
MIHAIL, B., Le patrimoine militaire, Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles, 2010 (Bruxelles, Ville d'Art et d'Histoire, 50).
PUTZEYS, F. et E., Hygiène des agglomérations militaires. Description de l'hôpital militiare de Bruxelles, Liège, 1889.

Presse
DE HEMPTINNE, L., «Les aventures de l'Hôpital Militaire d'Ixelles», La Libre Belgique, supplément Les Nouvelles Immobilières, 18 nov. 1993, pp. 4-5.