Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Édouard DE VIGNEarchitecte1898

Styles

Néogothique
Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Recherches et rédaction

2011-2013

id

Urban : 21478
voir plus

Description

Ensemble de deux maisons bourgeoises identiques d'inspiration néogothiqueLe style néogothique (à partir de 1860 environ) est une tendance architecturale mettant à l’honneur les formes ogivales et verticales issues du moyen-âge gothique. Le style néo-Tudor s’inspire plus particulièrement du style gothique teinté de Renaissance qui fleurit en Angleterre sous le règne des Tudors., conçues selon un schéma en miroir, architecte Édouard De Vigne, 1898.

Elles se situent au sein d'une enfilade d'immeubles de style éclectique, remarquable pour son unité architecturale, et allant du n°22 au n°58.

Façades de trois niveaux totalisant quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., les deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiales coiffées d'un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à rampants droits et amortissements. Façades parées de pierre blanche, sur soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. de pierre bleue. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. de formes variées, celles du rez-de-chaussée flanquées de colonnettes engagées (grille du n°24 disparue). Au premier étage, logette axiale sous toiture en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. sommée d'un amortissementAmortissement. Élément décoratif placé au sommet d’une élévation.Amorti. Sommé d'un amortissement. et dont le culot repose sur une colonne engagée au chapiteauCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. orné d'un mascaronDécor sculpté figurant un visage humain ou un masque.. De part et d'autre de cette logette, encadrement des fenêtres en léger ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. et couvert d'une toiture en appentisToit à un seul versant.. Au dernier étage, tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. des fenêtres à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. trilobé, garni d'une rosace. Toitures mansardées percées d'une lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. sous toiture en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon.. MenuiseriesÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. conservées.
Au n°24, garage aménagé ultérieurement au sous-sol.

Façades grevées d'une servitude non-aedificandi à l'origine toutes deux aménagées en un jardinet participant à la conception paysagère et pittoresque du quartier des Étangs. Grilles de clôture d'origine, dessinées par l'architecte, conservées au n°26.

Sources

Archives
ACI/Urb. 168-24-26; 168-24.

Arbres remarquables à proximité