Typologie(s)

immeuble à appartements
ascenseur historique

Intervenant(s)

Camille DAMMANarchitecte1925-1926

Camille DAMMANarchitecte1930

Jacques MASINsculpteur1925

Styles

Art Déco

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Extension Sud (Apeb - 2005-2008)
  • Inventaire des ascenseurs historiques (Homegrade - DPC)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2011-2013

id

Urban : 21569
voir plus

Description

Ensemble constitué de cinq immeubles à appartements de haut standing, de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs. classicisant, conçu par l'architecte Camille Damman pour la Société Belge Immobilière, les nos60-62 à 68 en 1925-1926, le n°4-4B avenue de la Folle Chanson en 1930.
Une partie du n°66 ainsi que le n°68 se trouvent sur le territoire de la Ville de Bruxelles.

La maquette de l'ensemble (aujourd'hui perdue) fut exposée à l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de Paris en 1925.

Avenue Émile Duray 60-62, photo de la maquette (disparue), ACI/Urb. 113-62A-68 (1925).

Au n°60-62, immeuble d'angle de sept niveaux sous toiture mansardée de deux niveaux ajourés de lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres.. Façade de plan courbe comptant dix travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. en (simili-)pierre blanche, partiellement rehaussée de pierre bleue. SoubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. traité en avant-corps intégrant des portes de garage et, à hauteur du rez-de-chaussée, des terrasses. À hauteur des quatrième et sixième niveaux, suite de terrasses se développant sur toute la largeur de la façade. Vers les deux avenues, oriel de plan trapézoïdal montant de fond sur les cinq premiers niveaux, celui vers l'avenue de la Folle Chanson intégrant le porche de l'entrée principale (porte en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. à motifs Art Déco).
Garde-corps et barres d'appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. à motifs Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs.. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. partiellement conservée.
Façade grevée d'une servitude non-aedificandi aménagée en jardinet participant à la conception paysagère du quartier (murets et grilles d'origine).

Avenue Émile Duray 64 et 66 (photo 2011).

Aux nos64 et 66, élévation en (simili-)pierre blanche de huit niveaux comptant dix travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., sous toiture mansardée de deux niveaux. SoubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. intégrant des terrasses à hauteur du premier étage. Chaque bloc d'appartements dispose de son entrée (porte en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. à motifs Art Déco) abritée par un porche hors-œuvre sous terrasse, orné d'un haut-relief. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. traitées deux par deux, une fois sur deux en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général.. Du deuxième au quatrième niveau, de larges pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. finement cannelés portent un entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. servant de base à six statues allégoriques évoquant le Commerce et l'Industrie. Fenêtres précédées tantôt d'un balconnet, tantôt d'un balcon simple ou continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. à parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. en maçonnerie. Garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. et barres d'appuiPetit garde-corps de faible hauteur et non saillant, compris dans l’embrasure d’une fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs.. Motifs décoratifs Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs., statues et hauts-reliefs du sculpteur Jacques Masin. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. partiellement conservée.
Façade grevée d'une servitude non-aedificandi en partie aménagée en jardinet participant à la conception paysagère du quartier (murets et grilles d'origine).

Avenue Émile Duray 68, sur le territoire de Bruxelles (photo 2011).

Au n°68, à l'angle du boulevard de La Cambre, élévation en (simili-)pierre blanche de sept niveaux et douze travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous toiture mansardée de deux niveaux ajourée de lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres., certaines donnant sur un balcon. Façades latérales réunies par une tourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles. d'angle sous dômeToit de plan centré à versant continu ou à pans, galbé en quart de cercle ou d'ovale.. À hauteur des troisième et cinquième niveaux, suite de terrasses continues se développant sur toute la largeur de la façade. Vers les deux avenues, oriel de plan trapézoïdal montant de fond sur les quatre premiers niveaux, celui vers l'avenue Émile Duray intégrant le porche d'entrée (porte en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. à motifs Art Déco). Garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. et barres d'appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs.. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. partiellement conservée.
Façade grevée d'une servitude non-aedificandi aménagée en jardinet participant à la conception paysagère du quartier (murets et grilles d'origine).
A l'intérieur, ascenseur-maître Otis en gaine ouverte d'origine.

Avenue de la Folle Chanson 4-4B (photo 2011).

Au n°4-4B avenue de la Folle Chanson (1930), élévation en (simili-)pierre blanche de six travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. et huit niveaux sous toiture mansardée de deux niveaux, le premier percé de portes-fenêtres donnant accès à des terrasses. Deux dernières travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. traitées en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. et coiffées, à hauteur de la corniche, d'un haut-relief. Certaines fenêtres précédées d'un balconnet ou d'un balcon, simple ou continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. à parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. en maçonnerie. Du deuxième au quatrième niveau, des colonnes cannelées engagées sont disposées toutes les deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. et portent un entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. servant de base à trois statues allégoriques. À hauteur de la quatrième travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., entrée principale (porte en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. à motifs Art Déco) précédée d'un porche hors-œuvre sous terrasse garni du haut-relief. Garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre., barre d'appuiPetit garde-corps de faible hauteur et non saillant, compris dans l’embrasure d’une fenêtre. et grilles en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs.. Statues et hauts-reliefs évoquant le Commerce et l'Industrie du sculpteur Jacques Masin.
Façade grevée d'une servitude non-aedificandi aménagée en jardinet participant à la conception paysagère du quartier (murets et grilles d'origine).

Sources

Archives
N°60 à 68: ACI/Urb. 113-60-68, 113-62A-68.
N°4-4B avenue de la Folle Chanson: ACI/Urb. 130-4.

Ouvrages
VAN DIJK, P., Immeubles à appartements de l'entre-deux-guerres, Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles, 1994 (Bruxelles, Ville d'Art et d'Histoire, 43), p.21.