Typologie(s)

hôtel particulier
Parlement

Intervenant(s)

G. HANSOTTE1884

Paul BONDUELLEarchitecte1920

G. HANOarchitecte1907

G. HANOarchitecte1929

TANTÔT FRÈRESferronnier (d'art)1901-1910

Statut juridique

Classé depuis le 09 février 1995

Styles

Beaux-Arts
Néoclassicisme
Néo-Louis XVI

Inventaire(s)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 30963
voir plus

Description

Gouvernement provincial du Brabant, depuis environ 1820, installé dans l’ancien hôtel de Limminghe, auparavant vaste hôtel de maître bordant trois côtés d’une cour intérieure fermée à rue par une construction à portail, de la première moitié du XVIIIe siècle, comportant cependant un noyau plus ancien aménagé ensuite.

Bâtiments actuels édifiés en plusieurs phases, principalement au dernier quart du XIXe siècle et au premier quart du XXe siècle. Aile gauche et trois niveaux inférieurs de l’aile centrale sur des plans de 1884 par l’architecte G. Hansotte, aile droite et dernier étage de l’aile centrale sur des plans de 1907 par l’architecte G. Hano, aile vers la rue du Lombard sur les plans de l’architecte P. Bonduelle datés de 1920 (voir rue du Lombard, n° 69), aile de liaison sur plans de 1929 de l’architecte G. Hano, plusieurs extensions récentes aux nos 14-16.

Ailes gauche de six travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. et centrale de cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. en double corpsUn bâtiment est dit en double corps lorsqu'il présente, au rez-de-chaussée, deux rangées de pièces séparées par un couloir axial.; trois étages de hauteur dégressive; rez-de-chaussée sur un niveau de soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. à gauche, sous un niveau en entresol à la partie centrale, en raison de l’inclinaison du sol. Façades en pierre blanche et pierre bleue, de style néoclassique, ornées d’un décor néo-Louis XVILe style néo-Louis XVI se développe à partir de 1910 environ. Il reprend des éléments typiques du néoclassicisme contemporain du règne de Louis XVI : noeud de ruban, médaillons ovales, lauriers, faisceau de licteurs, etc.. Horizontalité marquée par les refends des niveaux inférieurs, sous le premier étage, et par les bandeaux déterminant les registresAlignement horizontal de baies sur un pignon., contrariée par la verticalité des pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau., aux extrémités, à l’articulation des deux ailes et autour de chaque travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiale en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à encadrement rectangulaire mouluré, individualisé selon les niveaux : à clé en voluteOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc. à feuille d’acanthe, complétée d’un anneau à guirlande, sur appuiAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. à consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console., au rez-de-chaussée et au niveau d’entresol ; à entablement aux deux étages inférieurs, dominant une allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. ajourée d’une balustrade à entrelacsOrnements composés de courbes entremêlées. au premier, une allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. ornée d’une guirlandeLa guirlande est un décor figurant un cordon de fleurs, feuilles ou fruits. au deuxième étage; simplement mouluré au troisième étage. Entrée d’honneur à la travée axiale de l’aile centrale accentuée par un balcon, à balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. et sur consoles jumelées à volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc., à chacun des deux étages inférieurs. Large entrée cochère entre montants à imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie., cintrée à clé complétée d’une guirlandeLa guirlande est un décor figurant un cordon de fleurs, feuilles ou fruits. dont les chutes ornent les écoinçonsEspace de mur ménagé de part et d’autre d’un arc. ; baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d’imposte à divisions métalliques rayonnantes ; menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. à deux vantauxLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. sculptés. Couronnant les deux ailes, corniche à mutulesModillons de l’ordre dorique. Éléments décoratifs en forme de dé assez plat, répétés sous une corniche. reprenant le contour des pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau..

Façade de l’aile droite en mêmes matériaux que les précédentes, plus simplement traitée. Sur un socleMassif surélevant un support ou une statue. ajouré pour les caves, cinq niveaux et sept travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. Rez-de-chaussée à refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages. ouvert de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rectangulaires à clé, sur appuiAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. saillant à consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console., encadrant la porte d’«entrée des bureaux» comme l’indique l’inscription de l’entablement. De part et d’autre de ce dernier, consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. à volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc. et feuilles d’acanthe supportant le petit balcon d’étage inscrit sur le parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps., «gouvernement provincial». Aux étages liés par des pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. colossaux, baies rectangulaires inscrites, à encadrement mouluré. AllègesPartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. panneautées aux deuxième et troisième étages, sculptées d’une guirlandeLa guirlande est un décor figurant un cordon de fleurs, feuilles ou fruits. au deuxième. Baies carrées au dernier niveau, en attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement., couronné d’une corniche à mutulesModillons de l’ordre dorique. Éléments décoratifs en forme de dé assez plat, répétés sous une corniche..
Conservé dans l’aile gauche, volume de l’amphithéâtre, repérable à sa toiture en demi- cône, modernisé à l’intérieur.