Vous voyez cet objet en preview en tant qu'administrateur du site.

Typologie(s)

établissement scolaire

Intervenant(s)

Adolphe SAMYNarchitecte1899-1906

Styles

Éclectisme
Néo-Renaissance

Inventaire(s)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 30510
voir plus

Description

École primaire à l’origine, conçue de 1899 à 1901 par l’architecte A. Samyn et construite de 1902 à 1906, date de l’inauguration. Actuellement « Normaalschool Karel Buls». Bâtiment scolaire de style éclectique d’inspiration néo-RenaissanceLe style néo-Renaissance (de 1860 à 1914 environ) puise son inspiration dans l'architecture de la Renaissance, un courant artistique né en Italie au XVe siècle qui cherchait à ressusciter l’architecture de l'Antiquité gréco-romaine., pouvant accueillir 1080 élèves, très semblable à l’École communale N° 7, construite peu avant par le même architecte (voir rue Haute, n° 255).

Vers la rue, bâtiment avec entrée et locaux administratifs. Attenant à l’arrière, bâtiment scolaire proprement dit : préau couvert entouré sur trois niveaux par 21 classes, une bibliothèque, deux salles de gymnastique, un auditorium, une salle de projection et un atelier; cages d’escalier centrales; en sous-sol, réfectoires et douches. Cours de récréation à l’ouest et à l’est.

À rue, façade classique avec parementRevêtement de la face extérieure d’un mur. de Gobertange et éléments en pierre bleue; trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. et deux niveaux soulignés par le soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue., la corniche du rez-de-chaussée et l’entablement «classique». À droite, travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d’entrée en saillie surmontée d’un attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement. nu. Portail cintré inscrit dans un encadrement en pierre bleue à refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages., pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. lisses sur socleMassif surélevant un support ou une statue. haut, entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. à triglyphes et inscription « ECOLE COMMUNALE No 10» et fronton triangulaire aux armes de la Ville de Bruxelles ; au-dessus, niche cintrée abritant un saint Michel en bronze doré dû au sculpteur G. Van Hove. Inscription «GEMEENTESCHOOL Nr 10» sous la corniche en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. à mutules. Dans les travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. gauches, fenêtres rectangulaires, grillagées au rez-de-chaussée. Bâtiment scolaire en briques avec emploi parcimonieux de pierre bleue. TrumeauxPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. colossaux à ancresPièce métallique apparente ou noyée dans l’enduit de façade, fixée à l’extrémité d’un tirant en fer pour solidariser les murs et les planchers. Il existe des ancres purement décoratives, non reliées à des tirants. décoratives, ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. centraux des cages d’escalier et corniche sur modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche.; larges fenêtres à châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. typique et linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée. en I. Préau couvert comptant onze travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.; toiture vitrée avec partie axiale en bois, charpente avec fermes courbes en fer portées par des consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console.. Deux galeries continues à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse, une porte-fenêtre, une gaine d'ascenseur... métallique supportées par des voussettes et des colonnettes en biais.

En faces ouest et est, élévation à quatre niveaux rythmée par des niches de fenêtres surbaissées, enduite, peinte et partiellement revêtue de carrelages : fenêtres trigéminées placées en hauteur, notamment au-dessus des portes de classe sous entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne.; au dernier niveau, travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. aveuglesUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre. avec grille axiale. Au nord, partie supérieure à structure métallique entièrement vitrée. Sol orné au centre d’une rose des vents.

Dans le hall d’entrée, maquette du monument ’t Serclaes (voir Grand-Place, n°8).

Sources

Archives
AVB/TP 2326-2422 (1899-1905).
AVB/A.A., rep. 4986 (1902); rep. 5639, 5664 et 5775 (1905).
AVB/N.P.P., Q 10.

Périodiques
L’Émulation, 1899, col. 174.