Typologie(s)

maison d’habitation

Intervenant(s)

INCONNU - ONBEKEND1625-1675

Statut juridique

Classé depuis le 17 juin 2010

Styles

Architecture traditionnelle
Baroque
Rococo

Inventaire(s)

  • Inventaire du patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Pentagone (1989-1993)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 31193
voir plus

Description

Deux maisons perpendiculaire de deux niveaux et trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. chacune sous bâtièreToit à deux versants. de tuiles en S entre autres, remontant au milieu du XVIIIe siècle. Ensemble rare et caractéristique de deux pignons en profil de cloche identiques et jumelés, soulignés de plates-bandesCouvrement clavé rectiligne d’une baie. La plate-bande se distingue du linteau par le fait qu’elle est appareillée, tandis que le linteau est d’un seul tenant. Elle peut être feinte et masquer un linteau., surmontés d’un fronton triangulaire. Façades actuellement cimentées, enduites autrefois, percées de fenêtres échancrées sur appuiAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. saillant postérieur. PignonsPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. de deux registresAlignement horizontal de baies sur un pignon. ajourés d’un tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. formé d’une baie échancrée flanquée de fenêtres rectangulaires ou échancrées et surmonté d’un petit jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. rectangulaire.

Aux nos 131-133, belle porte de style Louis XV en pierre bleue : encadrement mouluré creusé en gorge, à désÉléments de pierre de section sensiblement carrée ou rectangulaire, disposés généralement aux angles d’un balcon. et impostesUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. saillantes moulurées, frappé d’une clé cannelée et de rosaces dans les écoinçonsEspace de mur ménagé de part et d’autre d’un arc. sous larmierMouluration horizontale qui présente un canal creusé dans sa partie inférieure, servant à décrocher les gouttes d’eau afin d’éviter leur ruissellement sur la façade. Le larmier isolé possède un chanfrein comme moulure supérieure. Le larmier constitue l'un des éléments de la corniche. droit. Initiales du tailleur de pierre Guillaume Paternotte (1689-1779). Rez-de-chaussée éventré pour le commerce.

À l’arrière des nos 131-133, pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à rampants droits et pinacleAmortissement élancé de plan carré ou polygonal..
Au n° 135, pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. arrière à rampants droits sous pinacleAmortissement élancé de plan carré ou polygonal. percé d’ancres en fleur de lys, suggérant une origine traditionnelle remontant au XVIIe siècle.