Typologie(s)

maison et atelier d’artiste

Intervenant(s)

Eugène LEMANarchitecte1909

Styles

Éclectisme
Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016-2017

id

Urban : 36170
voir plus

Description

Ancienne maison personnelle avec atelier du peintre-décorateur Gustave Losange-Salu, de style éclectique d’inspiration Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., signée au rez-de-chaussée «Eug(ène). LEMAN / Archte», 1909. Elle fut primée au concours de façades organisé par la Commune cette année-là.

Elle se situe au sein d’une enfilade particulièrement cohérente d’immeubles dotés d’un jardinet avant, allant du no154 au no180.

Façade en briques rouges de Silésie, rehaussée de simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. blanche et de pierre blanche aujourd’hui peinte, ainsi que de pierre bleue. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. de trois niveaux, à travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. unique aux étages. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à piédroitsLes piédroits sont les éléments verticaux latéraux de l’encadrement d’une baie, portant son couvrement. harpés. Porte cochère menant à l’atelier arrière. Bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. à pans latéraux concaves, sur cul-de-lampe et sous terrasse à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. à dessin Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise.. Porte-fenêtre comprise dans un décor d’arcade en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. à écoinçons garnis d’un vaste sgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. dans les tons bruns, rouge foncé et doré, probablement dessiné par Losange. Il figure deux femmes de profil sur fond de branches de marronnier. L’une tient un compas, sous l’inscription «ARCHITECTURA», l’autre une palette de peintre et des pinceaux, sous l’inscription «PICTURA». Dessins de volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc. et autres courbes en simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris.. LucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC., à imposants aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement.. Corniche remplacée. Porte conservée, à petits-bois à dessin japonisant. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à petits-bois, remplacés à l’identique.

Avenue Richard Neybergh 160, plans de la clôture du jardinet, AVB/TP Laeken 6128 (1909).

Clôture de la zone de recul, à dessin Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., disparue.

À l’intérieur, cage d’escalier centrale de plan polygonal, sous lanterneau. Au rez-de-chaussée, bureau à l’avant, salle à déjeuner et cuisine à l’arrière. Au premier étage, salle à manger à l’avant, salon à l’arrière. Au second, deux chambres, petite cuisine et cabinet de toilette; couloir privatif accolé à la cage d’escalier.
Décor intérieur fonctionnant comme un catalogue des techniques pratiquées par le peintre-décorateur: corridor d’entrée à faux vitraux peints de style Art nouveau géométrique, lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. et portes de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. peints en faux-bois, pilastres peints en faux-marbre. Bureau à lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. en Lincrusta peint et plafond en plâtre peint imitant une marqueterie. Salle à déjeuner à lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. intégrant des carreaux de céramique peints à la manière de Delft. Escalier à l’origine décoré au pochoirPlaque ajourée de motifs sur laquelle on passe une brosse ou un pinceau pour peindre des décors répétitifs.. Au premier étage, salle à manger de style Renaissance flamande avec porte à vitraux peints, plafond à caissons tendus de toiles marouflées – gibiers, devises en néerlandais, ciel en trompe-l’œil –, portes, lambris et Lincrusta peints en faux-bois. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. ornés de vitraux par F. Demarez, aux motifs inspirés par Rembrandt et Rubens. Pièce à l’origine ornée de tableaux représentant des villes anciennes. Salle à manger d’inspiration Louis XVI, à plafond peint de putti.

À l’arrière, donnant sur le chemin de fer, bâtiment en briques à pignon polygonal, abritant un magasin au rez-de-chaussée et l’atelier à l’étage.

Sources

Archives
AVB/IP II 684 (1903-1915).
AVB/TP Laeken 1738 (1909), Laeken 6128 (1909).

Périodiques
DE PANGE, I., «Maison-atelier du peintre-décorateur Gustave Losange-Salu», Les Nouvelles du Patrimoine, no125, septembre-octobre-novembre 2009, pp. 25-26.


Arbres remarquables à proximité