Typologie(s)

maison d’habitation

Intervenant(s)

Pierre HEINEarchitecte1909

Styles

Éclectisme d'inspiration pittoresque

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016-2017

id

Urban : 36168
voir plus

Description

Ensemble de deux maisons bourgeoises identiques en miroir, de style éclectique d’inspiration pittoresque, conçues par l’architecte Pierre Heine, l’une pour son propre compte, l’autre pour un membre de sa famille, 1909. Leurs façades furent primées au concours de façades organisé par la Commune en 1910.

Elles débutent une enfilade particulièrement cohérente d’immeubles dotés d’un jardinet avant, se clôturant au no180.

Partie inférieure de la façade parementée de grèsTerre cuite de texture serrée, légèrement vitrifiée, glaçurée ou non. Le grès désigne également une famille de pierres composées de silice., appareillé en moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie. pour le soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue.. Partie supérieure enduite. Élévations de deux travées inégales, la principale de quatre niveaux, le dernier traité en pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à croupette, celle d’entrée de deux niveaux sous brisis et toit-terrasse.
Portes flanquées chacune d’une fenêtre, l’ensemble sous linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. métallique continu et couvert de deux balcons à assiseRang d’éléments de même hauteur posés de niveau dans une maçonnerie. L’assise désigne également la plate-forme d’un balcon ou d'une logette, portée d’ordinaire par des consoles et sur laquelle repose le garde-corps. de briques et aisseliers métalliques. Corniche à aisseliersEn menuiserie, pièce de bois disposée de biais, portant le débordant d’un toit ou d’un auvent. En charpenterie, lien disposé en oblique, soulageant une pièce horizontale et portant sur une pièce verticale. de même matériau. LucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC..
En travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., oriels de deux niveaux montant de fond, de plan trapézoïdal, sous terrasse devançant une porte-fenêtre en T. Structure des avant-corps remplacée ou recouverte d’un bardage. Dernier niveau à décor de pans-de-bois. Corniches conservées, continues en travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d’entrée; excepté celle de la travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. du no154, recouverte de PVC. Garde-corps de bois remplacés par des grilles tubulaires. Un même garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. continu devait border les toits-terrasses. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. remplacée, sauf la porte et le châssis de la fenêtre adjacente au no156.

Clôture des zones de recul remplacées.

En façades arrière, terrasse occupant toute la largeur du premier étage, accessible via le jardin par un escalier, axial au no156.

Sources

Archives
AVB/IP II 684 (1903-1915).
AVB/TP Laeken 6120 (1909).