Typologie(s)

maison et atelier d’artiste

Intervenant(s)

Adolphe DEBOODTarchitecte1929

Florent Prosper COLPAERT(maître) verrier

Statut juridique

Inscrit sur la liste de sauvegarde depuis le 18 décembre 1997

Styles

Art Déco

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2010-2012

id

Urban : 20553
voir plus

Description

Anciens ateliers du peintre-verrier Florent-Prosper Colpaert, de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs., architecte Adolphe Deboodt, 1929. Jacques Colpaert, fils de Florent-Prosper et également verrier, y vécut jusqu'au début des années 1990. L'ensemble a été rénové et modernisé par les architectes De Smet et Whalley au début des années 1990.

Bâtiment à rue de deux niveaux sous toit plat. Façade de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. distribuées symétriquement. Rez-de chaussée en briques grises, s'incurvant légèrement dans l'axe; porte piétonne flanquée de deux petites fenêtres grillées. Latéralement, portes cochères à trois vantauxLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. à jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. également grillé, celle de gauche dissimulant un garage, celle de droite un passage carrossable vers l'atelier arrière. Étage en briques brunes, percé de fenêtres en rectangle couché, sous plate-bandeCouvrement clavé rectiligne d’une baie. La plate-bande se distingue du linteau par le fait qu’elle est appareillée, tandis que le linteau est d’un seul tenant. Elle peut être feinte et masquer un linteau. de briques. Dans l'axe, l'étage forme une saillie triangulaire exaltée par un chaînage de briques saillantes. Les vitraux qui garnissaient autrefois les fenêtres ont disparu, remplacés par des pare-soleil. Portes conservées.

Le complexe comprend le bâtiment à rue et un bâtiment arrière par-delà une petite cour (actuellement couverte). Les deux bâtiments sont liaisonnés à l'étage par un bureau surmontant la cour dans l'axe.
Dans le bâtiment avant, à l'arrière du garage, ancien réfectoire-vestiaire pour le personnel conservant un vitrail abstrait de F.-P. Colpaert dans un châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. métallique. Hall d'entrée avec cosy corner et sol en carreaux de céramique verts; cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier. sous lanterneau, menant au logement du verrier à l'étage. ParapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. doté d'une main courantePièce supérieure d’une rampe d’escalier ou d’un garde-corps, sur laquelle on peut prendre appui en bois foncé. Vitrail abstrait de J. Colpaert. Parquet à bâtons-rompus. Cuisine conservant des lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. de céramique blanche à liseré et un sol dallé en damier blanc et rouge. Mobilier de l'architecte Albert Van Huffel conservé: un bureau en demi-lune et deux bahuts dans le bureau, une tablePetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. pliante dans le hall. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. intérieure conservée (actuellement peinte), avec sa quincaillerieEnsemble des éléments métalliques fixés à une menuiserie : gonds, serrures, etc..
Le bâtiment arrière, vaste volume en béton et briques marqué par deux piliersSupport vertical de plan carré. centraux, présente une façade arrière implantée en quinconce et vitrée sur toute sa surface (châssis remplacés, ancienne inscription «vitraux d'art» disparue). L'espace, sur deux niveaux distribués par un escalier, est partiellement occupé par une mezzanine sur trois côtés. À l'origine, petit magasin et bureau du contremaître au rez-de-chaussée, pièce dédiée à la cuisson et une autre à la gravure à l'étage. Sol en carreaux de terre cuite et partiellement en briques de verre à l'étage. Garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. tubulaire d'origine, légèrement modifié. Étagères à vitraux d'origine.

Sources

Archives
ACS/Urb. 197-33-35.

Périodiques
«Immeuble d'habitation avec bureaux et ateliers», L'Émulation, 5, 1932, pp. 136-137.

Presse
LAMENSCH, M., «Tirer des plans sur la lumière du verrier», Le Soir, 05.05.1992.