Typologie(s)

immeuble à appartements
ascenseur historique

Intervenant(s)

Stanislas JASINSKIarchitecte1938-1940

Jean-Florian COLLINarchitecte1938-1940

Statut juridique

Classé depuis le 19 avril 2007

Styles

Modernisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Recherches et rédaction

2009-2011

id

Urban : 19574
voir plus

Description

À l'angle de la rue Belle-Vue, remarquable immeuble à appartements de style moderniste, sur les plans de 1935 des architectes Stanislas Jasinski et Jean-Florian Collin, et construit par la société Etrimo en 1938-1940.

À la même époque, J.-F. Collin et S. Jasinski conçoivent l'immeuble à appartements sis au n°49 (voir ce numéro).

Historique
Témoin de l'engouement de la haute bourgeoisie, après la première guerre mondiale, pour l'immeuble à appartements, Le Tonneau s'inscrit en outre dans la logique du congrès des CIAM qui eut lieu en 1930 à Bruxelles, et dont la principale conclusion quant à la problématique du logement fut celle des immeubles à étages multiples. Il occupe donc une place importante dans l'histoire architecturale bruxelloise.

Description
Construit sur un terrain en pente, l'immeuble occupe une surface semi-circulaire et adopte une forme d'ellipse tronquée. Il compte onze niveaux vers les étangs, et dix niveaux vers la rue Belle-Vue. Le dernier étage, en léger retrait, est précédé d'une terrasse à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. métallique. D'esthétique sobre, la façade est en pierre bleue et enduite de béton cimenté de teinte rosâtre.

Au coin de l'avenue Général de Gaulle et de la rue Belle-Vue, porte d'entrée accessible par quelques marches et protégée par un porche en pierre de forme semi-circulaire et à colonnes. Au-dessus du porche se développent, sur toute la hauteur de l'immeuble, cinq bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. verticaux de fenêtres à châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à petits-fer; ces bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. (typiques de l'architecture de J.-F. Collin) alternent avec des contreforts couronnés d'éléments en cuivre.
De part et d'autre de cette travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée se développent, en longues bandes horizontales, les fenêtres rectangulaires toutes de dimension et division égales, constituées de quatre parties dont deux mobiles; elles sont séparées les unes des autres par des trumeauxPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. blanc.

Châssis d'origine en acier; appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. de fenêtre et corniches (toit et balcon au dernier étage) en cuivre. Actuellement peints en blanc, les châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. et les solins étaient originellement de teinte sombre, ce qui accentuait davantage l'horizontalité des baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. vitrées.

Du côté de l'avenue et de la rue Belle-Vue, des rampes donnent accès à respectivement quatre et trois garages situés en sous-sol; les portes en bois sont d'origine.

L'immeuble est entouré d'un jardinet, participant à la conception paysagère et pittoresque du quartier des Étangs; grille de clôture en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion., sur un soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en pierre bleue.

Intérieur. Hall d'entrée circulaire, carrelé de pierres de taille. Dans son prolongement se trouve la cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier., au dallage identique. Escalier en pierre naturelle remontant en spirale par paliers. Dans les parties communes, de nombreux éléments originaux sont conservés: lampes, châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre., quincaillerieEnsemble des éléments métalliques fixés à une menuiserie : gonds, serrures, etc., boîtes aux lettres en chrome et en cuivre.
Selon les plans, chaque étage distribue deux appartements: un appartement à deux chambres vers les Étangs et un autre, plus grand, à trois chambres, côté rue Belle-Vue. Les appartements, très luxueux, étaient destinés à une clientèle aisée.

Sources

Archives
ACI/Urb. 142-51.

Ouvrages
VAN DIJK, P., Immeubles à appartements de l'entre-deux-guerres, Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles, 1994 (Bruxelles, Ville d'art et d'histoire, 43).
VAN DIJK, P., Appartementsgebouwen uit het Interbellum in het Brussels Hoofdstedeliik Gewest, Étude non publiée commandée par la Commission Royale des Monuments et Sites, Bruxelles, 2004.

Périodiques
FLOUQUET, P.-L., «L'appartement de 500.000 Fr. Interview de l'architecte Stanislas Jasinski», Bâtir, 60, 1937, p.1448-1449.

Arbres remarquables à proximité