Typologie(s)

maison bourgeoise
rez-de-chaussée commercial
maison de campagne

Intervenant(s)

Styles

Néoclassicisme
Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2007-2009

id

Urban : 19370
voir plus

Description

Ensemble architectural homogène, consistant en une ancienne maison de campagne avec jardins et en deux maisons éclectiques.

Avenue de la Toison d'Or nos30 à 38 – rue Capitaine Crespel n°1-1a. Ancienne propriété de campagne implantée sur une parcelle triangulaire avec maison de style néoclassique de 1836.
Façade avant devancée d'une terrasse donnant vers l'avenue de la Toison d'Or. SoubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. de la terrasse abritant une enfilade de petits magasins longeant l'avenue de la Toison d'Or et le début de la rue Capitaine Crespel, de 1881.

Avenue de la Toison d’Or 30 à 38 – rue Capitaine Crespel 1-1a, avenue de la Toison d’Or 39 et rue Capitaine Crespel 5, photo aérienne (Bruxelles UrbIS ® © - Distribution : C.I.R.B. avenue des Arts 20, 1000 Bruxelles).

Historique
Sur d'anciens champs et jardins longeant la nouvelle avenue, le peintre Jean Robert Lenaerts acquit un domaine en 1835. À deux ou trois mètres en contre-haut de l'avenue, il se fit ériger une maison de campagne néoclassique. Sur plan carré, celle-ci possédait une petite extension au sud-ouest. En 1845, la propriété est acquise par Joannes Josephus Dethier. Sur une partie du terrain, il laisse construire en 1846 le dernier tronçon de la rue des Drapiers (voir rue des Drapiers). En 1856, il vend le restant de la propriété à la famille Fortamps. La même année, la demeure est agrandie de chaque côté de la façade avant d'une travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. en retrait, et d'une aile en façade arrière. Depuis lors, le manoir a un plan en L. Suite au crash boursier de la Banque de Belgique, Fortamps fut obligé de diviser son domaine (LE ROY, p. 246). En 1877, il laisse tracer la rue Capitaine Crespel juste derrière sa maison. Trois ans plus tard, il vend la propriété à l'ingénieur Albert Gendebien-Detilleux. Celui-ci, un an plus tard, fait réduire l'aile arrière. Simultanément, il fait construire du côté de l'avenue de la Toison d'Or une terrasse, dont le haut soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. est percé de magasins. Depuis 1891, la propriété est dans les mains des héritiers de Gendebien.
En 1911, le Cercle de la Toison d'Or est fondé dans cette maison, prédécesseur du Cercle Royal Gaulois. Il y restera jusqu'en 1940. En 1927, le cercle charge l'architecte Ernest Jaspar de transformer la maison en club, avec entre autre un espace de lecture au rez-de-chaussée, une salle à manger, une salle de réunion et une salle de jeu à l'étage. En 1957, le bâtiment est dérobé au regard et défiguré par un baraquement commercial plusieurs fois rénové, d'un seul niveau, qu'on a laissé construire sur la terrasse.

Description

Avenue de la Toison d’Or 30 à 38 – rue Capitaine Crespel 1-1a (2009 © bepictures / BRUNETTA V. – ERBERLIN M.)

Avenue de la Toison d'Or nos30 à 38. Enfilade de petits magasins, formant le soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. de la terrasse entre l'avenue et la maison de campagne en contre-haut.
Soubassement d'un seul niveau et de dix travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. avenue de la Toison d'Or, une travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'angle arrondie et trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. rue Capitaine Crespel. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. scandées de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. en pierre bleue, avec tablesPetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. en creux et triglyphes en entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne.. Terrasse ceinte de grilles en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. (récent), prises dans des désÉléments de pierre de section sensiblement carrée ou rectangulaire, disposés généralement aux angles d’un balcon. de pierre bleue. Magasins rénovés à plusieurs reprises.

Rue Capitaine Crespel n°1-1a. Villa néoclassique, dont la façade avant est parallèle à l'avenue. Rue Capitaine Crespel, la maison est clôturée par des grilles en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage., sur un socleMassif surélevant un support ou une statue. et entre pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau.; portail en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. entre des piliersSupport vertical de plan carré. en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion. à couronnement sphérique. Volume symétrique consistant en un volume principal de plan carré, de trois niveaux et de quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous une toiture en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon.. Il est flanqué de deux ailes latérales étroites, de seulement deux niveaux sous toiture plate, autrefois ceinte d'une balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire.. Façade décorée de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau.. La plupart des fenêtres ont un encadrement mouluré. Façade latérale animée d'arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. aveuglesUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre..
Le premier niveau est, depuis 1957, caché derrière une annexe qui relie la villa au baraquement commercial. Les balcons originaux continus en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. du premier étage ont été retirés.
Intérieur. L'entrée principale se fait par l'aile latérale perpendiculaire à un long couloir. Large hall avec escalier, distribuant le rez-de-chaussée.

Avenue de la Toison d’Or 39 (2009 © bepictures / BRUNETTA V. – ERBERLIN M.)

Avenue de la Toison d'Or n°39. Maison étroite et profonde, datée dans un cartoucheDécor composé d’une table plane ou bombée, aux contours généralement sinueux, bordée d’un décor sculpté et/ou d’une mouluration, et sur laquelle prend parfois place un blason ou une inscription. Le médaillon est un cartouche rond ou ovale. au-dessus de la lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. 1891.
Trois niveaux et une seule travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.; façade latérale de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. aveuglesUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre..
Rez-de-chaussée commercial rénové à plusieurs reprises. Étages enduits, scandés de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. à bossages. Corniche denticulée à modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche.. BalustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. d'attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement. devançant le toit en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. en ardoises. Façade principale percée de portes-fenêtres sous entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne., devancées d'un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion. ancré dans des désÉléments de pierre de section sensiblement carrée ou rectangulaire, disposés généralement aux angles d’un balcon.. Imposant entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. sur pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. jumelés au premier étage. LucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. sous frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. courbe.
Façade latérale traversée au centre par d'imposants conduits de cheminée, reliés à hauteur de la balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. d'attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement. par un frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches.. Œils-de-bœuf en zinc.

Rue Capitaine Crespel 3-5, 2009 © bepictures / BRUNETTA V. – EBERLIN M.

Rue Capitaine Crespel n°3-5. Maison bourgeoise éclectique, teintée de néoclassicismeLe style néoclassique (de la fin du XVIIIe siècle à 1914 environ) est un courant architectural mû par un idéal d’ordre et de symétrie, caractérisé par des élévations enduites et blanches, uniformisant l’image de la ville. Le style connaît une grande longévité, évoluant dans ses proportions et son ornementation au cours du temps., de composition symétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition symétrique lorsqu’elle compte trois travées égales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux de hauteur dégressive. La travée axiale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré., 1880. Rez-de-chaussée scandé de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. à bossages; fenêtres reliées à celles des caves. Étages en pierre blanche percés de fenêtres à encadrement mouluré, dotées au premier de crossettesRessauts décoratifs situés aux angles d’un élément tel qu’un encadrement. et d'un entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. et devancées d'un balcon axial à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en pierre bleue et ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux..
Corniche denticulée à modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche.. Toiture en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. oblongue percée de lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. sous toiture en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. et d'œils-de-bœuf. Façade latérale adjacente à la maison de campagne, animée de bossages continus au rez-de-chaussée. Fenêtres à encadrement mouluré. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. conservés aux étages.
Intérieur. Rez-de-chaussée intégralement rénové, mais conservant dans le couloir un beau sol en mosaïque. Aux étages, éléments stuqués, parquets et cheminées conservés.

Sources

Archives
ACI/Urb. 58-1, 58-3, 286-30.
Archives du cadastre, Ixelles, 1re division, section A, MC 207: 1836-15, 1856-14, 1863-37, 1879-31, 1880-22 et 1881-25.

Ouvrages
D'YDEWALLE, C., Histoire du Cercle Gaulois, Bruxelles, 1852.
LE ROY, P., Monographie de la commune d'Ixelles, Imprimerie Générale, Bruxelles, 1885.

Périodiques
«Le Cercle Royal Gaulois Artistique et Littéraire célèbre son cinquantième anniversaire», Journal des Beaux-Arts, 03.11.1961.