Typologie(s)

Infrastructure de cinéma

Intervenant(s)

F. ENGELSarchitecte1937

Marc SPINNAELarchitecte1959

Styles

Modernisme

Inventaire(s)

  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Woluwe-Saint-Pierre (DMS-DML - 2002-2009, 2014)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2005

id

Urban : 17569
voir plus

Description

Anciens studios de cinéma Sonart, devenu en 1994 Campus Sonart (RITS, hogeschool voor Audiovisuele Communicatie). Complexe constitué de deux bâtiments d'angle, avec annexe, séparés l'un de l'autre par une cour.

Au no 12-14 par l'architecte F. Engels, 1937. Bâtiment de bureaux non attenant prolongé par un studio de cinéma et un atelier. Façades en briques, rehaussée de simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris.. Ces deux parties sont reliées par une corniche continue en béton, à profil concave. Immeuble de bureaux de quatre niveaux, signalé par un traitement arrondi de l'angle. Fenêtres en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade., à meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. de béton. La porte piétonne et le garage à porte coulissante prennent place dans l'angle, devancé au deuxième niveau d'un balcon à parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. de briques et rambarde tubulaire.

Intérieur
: escalier en colimaçon en granitoMatériau composé de mortier et de pierres colorées concassées présentant, après polissage, l’aspect d’un granit., à rampe en aluminium. Il est éclairé par un mur de verre, à petits-fers, et un puit de lumière entre le deuxième et le troisième niveau.
Suit le studio de cinéma, long parallélépipède d'un seul niveau, sous toiture en bâtièreToit à deux versants., à charpente PolonceauCharpente Polonceau. Charpente de halle rectangulaire dont les éléments en traction (entraits) sont des tirants en fer ou en acier, tandis que les éléments en compression (arbalétriers, poinçons) sont en fonte ou en bois. Brevet de l'ingénieur français Polonceau de 1836.. Façades aveuglesUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre., les latérales animées d'une large tablePetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. cimentée, avec pan de mur central en briques.

Rue Saint-Hubert 12-14, plan du rez-de-chaussée, ACWSP/Urb. 181 (1937).

Atelier situé à l'arrière du studio, de deux niveaux sous toiture en appentisToit à un seul versant., à charpente PolonceauCharpente Polonceau. Charpente de halle rectangulaire dont les éléments en traction (entraits) sont des tirants en fer ou en acier, tandis que les éléments en compression (arbalétriers, poinçons) sont en fonte ou en bois. Brevet de l'ingénieur français Polonceau de 1836. et éclairage zénithal.

Au no 16, remise pour les décors et loges, architecte Marc Spinnael, 1959, reprenant le même style que le no 12-14. Petite transformation de 1961. Construction partiellement attenante, de quatre niveaux, avec angle traité en arrondi, sous toit plat. Façade en briques avec éléments de béton. Rez-de-chaussée cimenté. Grandes fenêtres en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade., à meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. en béton. Corniche débordante en béton.

Sources

Archives
ACWSP/Urb. 181 (1937), 379 (1957), 405 (1959), 330 (1961), 229 (1994).

Arbres remarquables à proximité