Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

INCONNU - ONBEKEND1850-1901

Styles

Néoclassicisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2010-2012

id

Urban : 20978
voir plus

Description

Maison néoclassique à trois façades conçue sur plan rectangulaire avant 1901, agrandie et transformée par l'architecte Paul Hamesse dès 1908, en une ou deux phases. Elle est retouchée, à l'intérieur en tout cas, vers 1940 apparemment et dotée d'une annexe supplémentaire, d'un niveau sur garages, en 1956.

L'immeuble se situe au sein d'une enfilade particulièrement cohérente de maisons conçues dans le premier quart du XXe siècle, allant du no26 au no36.

Bâtiment de deux niveaux enduits sous toiture mansardée à croupesUne croupe est un versant de toit qui réunit les deux pans principaux d’un toit à leur extrémité. Contrairement à la croupette, la croupe descend aussi bas que les pans principaux., avec entrée axiale en façade latérale.

Façade à rue de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. égales, l'axiale devancée d'un oriel (Hamesse) établi sur l'assiseRang d’éléments de même hauteur posés de niveau dans une maçonnerie. L’assise désigne également la plate-forme d’un balcon ou d'une logette, portée d’ordinaire par des consoles et sur laquelle repose le garde-corps. du balcon originel. Oriel d'un niveau et demi passant la corniche, lui-même sous corniche chantournée.

Rue Vergote 28, entrée (photo 2011).

Façade latérale munie d'un avant-corps (1908) symétrique à l'origine, d'un niveau sous terrasse à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. intégrant balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. et grilles en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. à motif de cercles. Porche d'entrée axial à doubles colonnes et pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau.. Fenêtre latérale gauche sous entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne., dotée de deux meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. en colonnette de fer, reliés par une poutrelle métallique cintrée et ajourée; son pendant droit a été supprimé en 1956. À l'étage, avant-corps tripartite peu saillant (Hamesse) passant la corniche, à couronnement semblable à celui de l'oriel en façade à rue. Angle des façades latérale et arrière marqué par une imposante tourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles. de plan polygonal (1908), à lanternonPetite construction de plan centré, située au faîte du toit. de plan carré sous toit en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon.; corniche à modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche. de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. géométrique. Porte et grilles des garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. conservées; châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. en grande partie remplacés.

Muret de clôture supprimé.

Façade arrière devancée par une terrasse refaite en 1956 et articulée par plusieurs annexes (1908 et peut-être vers 1940), certaines couronnées par une corniche identique à celle de la tour; à l'étage, garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. de terrasse en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. pareil à ceux des autres façades.

Sources

Archives
ACS/Urb. 273-12.
ACWSL/Urb. 8954 (1956).

Cartes / plans
Plan du quartier de Linthout, s.d. [ca 1901-1902] (Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, archives communales anciennes).

Arbres remarquables à proximité