L'avenue des Rogations relie le boulevard Brand Whitlock à la rue de Linthout.

Son tracé s'inscrit dans le plan en damier imaginé aux alentours de 1900 par Firmin Lambeau, administrateur de la Tuinbouwmaatschappij van Linthout (Société horticole de Linthout). Cette société anonyme créée en 1898 et reconvertie dans l'immobilier acquiert et lotit à cette époque de nombreux terrains bordant l'actuel boulevard Brand Whitlock afin de les revendre.

Le nom de l'artère, qui évoque le souvenir d'anciennes processions religieuses, est attribué par décision du Conseil communal du 19.12.1900.

L'artère se bâtit essentiellement vers le milieu des années 1900, de maisons pour la plupart de style éclectique, tels les nos38, 44, 48 et 50, ainsi que 80-82. Pointons trois enfilades particulièrement cohérentes dominées par ce style, du no4 au no10 et du no5 au no23 (voir ces numéros). Au no52, conçu par l'architecte J.Walckiers en 1904, l'éclectisme se teinte de néogothique. L'Art nouveau géométrique est également mis à l'honneur, dans l'œuvre d'architectes tels Édouard Frankinet, qui y construit entre autres sa maison personnelle (voir nos21, ainsi que 17, 19, 75 et 89), Désiré Van Hemelryck (voir nos11, 67 à 71, 102 et 104-106), Camille Damman (voir no15) ou encore Paul Hamesse (voir nos39 à 43). Le style particulier de ce dernier s'observe dans d'autres maisons, non signées, de l'avenue: les nos26 à 30, qui forment avec le no32 une enfilade enduite particulièrement cohérente, les nos53 à 57, ainsi que 60 (voir ces numéros).

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
Registre aux délibérations du Conseil communal, Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, vol. 1891-1903, p. 217.

Ouvrages
VILLEIRS, M., et al., Histoire de Woluwe-Saint-Lambert, Fondation Albert Marinus/Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, 2000, pp. 179, 330.