Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Pierre DECNOParchitecte1921-1926

Styles

Éclectisme

Recherches et rédaction

2010-2012

id

Urban : 20841
voir plus

Description

Ensemble de 34 maisons analogues de style éclectique, construites de 1921 à 1926 suivant un projet conçu en 1921 par l'architecte Pierre Decnop pour son propre compte et celui de son associé, Charles Van Waeyenberg. Ceux-ci prévoient au départ une même élévation pour toutes les maisons. Sur demande de la commune, ils introduisent des variations dans leur ensemble. Le projet inclut au départ dix maisons supplémentaires, dont seuls les nos66, 72, 78 et le n o55 rue de Linthout seront réalisés, suivant un modèle différent de celui des précédents.

Élévations de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé., à travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. à niveaux décalés. D'une façade à l'autre, les matériaux et leur combinaison diffèrent: briques rouges, jaunes, roses, blanches ou grises, simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. blanche, enduits, pierre bleue ou simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. bleue. De même, des détails de la composition changent, comme le traitement du soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. (bossages, aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement., etc.), la forme des baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. (rectangulaires, à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. ou en plein cintre), la présence ou non d'encadrements en saillie, de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. en travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. et d'un oculusJour de forme circulaire, ovale ou polygonale. en entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. en travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée, le décor des tablesPetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. d'allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. (en U, en creux, à décor de damier ou d'arrêtes de poisson) ou le couronnement de la travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., parfois hérissée de pseudo-créneaux. Les garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. sont droits ou galbés. Certains châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. possèdent des petits-bois. Au centre de l'ensemble, aux nos30 et 32, logette en bois de plan trapézoïdal, celle du no30 remplacée.

Rue Général Gratry 2 à 6, ACS/Urb. 114-2-4 (1921).

Garage percé ultérieurement aux nos36 (1957), 38 (1965) et 48 (1959). Fenêtre de cave transformée au n°60 (1972). LucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. ultérieure aux nos28 et 42. Porte d'origine aux nos6 à 16, 26 et 28, 34 à 42, 50, 56 et 60. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. intégralement conservés aux nos8, 12, 14 (petits-bois), 24 et 26 (petits-bois). Garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion. conservés, sauf aux nos4, 18, 42 et 48 (partiellement). Tous les garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. sont d'origine (nos64, 74 et 76). Corniche remplacée aux nos32, 38, 42, 46, 50, 54, 56, 60, 64 et 76. Couronnement crénelé perdu aux nos2, 26 et 44. No2 parementé ultérieurement de briquettesLes briquettes sont des plaques de terre cuite, de faible épaisseur, imitant des briques, appliquées sur une façade pré-existante. Elles ne sont pas, en principe, utilisées pour des constructions neuves, mais plutôt pour des rénovations qui visent à donner l’aspect d’une maçonnerie de briques de parement à une façade existante.. No20 enduitL'enduit est un revêtement de plâtre, de mortier, de stuc, de ciment, de lait de chaux, de simili-pierre, etc. ultérieurement.

Sources

Archives
ACS/Urb. 2, 4: 114-2-4; 6, 8: 114-6-8; 22 à 28: 114-22-24-26-28; 34, 36: 114-34-36; 38, 40: 114-38-40; 50, 52: 114-50-52; 54, 56: 114-54-56; 58: 114-58; 60, 62: 114-60-62; 64: 114-64; 74, 76: 114-74-76.