Typologie(s)

établissement scolaire
château
maison de campagne

Intervenant(s)

Émar COLLÈSarchitecte1891-1903

J. DE ROECKarchitecte1928-1951

J. DE KNOOPentrepreneur1934

Stéphane DHAEYERarchitecte1981

Statut juridique

Classé depuis le 13 novembre 2002

Styles

Néogothique
Néoclassicisme
Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Paysager
  • Social
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2012-2013

id

Urban : 22382
voir plus

Description

L'histoire du site de l'actuel Institut de la Sainte-Famille d'Helmet remonte, dans l'état actuel des connaissances, à la fin du XVIIe siècle. À cette époque, la famille de Saedeleer fit édifier une maison de campagne sur un vaste domaine s'étendant jusqu'au canal de Willebroek. En 1753, la propriété fut rachetée par Jean-Baptiste Rol et Marie-Isabelle de Man, qui restaurèrent la demeure. En 1765, le domaine fut ensuite acquis par Adrien-Ange de Walckiers, qui acheva de transformer l'habitation en château et agrandit le domaine, y aménageant un parc. Après le décès de celui-ci, en 1799, son fils Édouard renonça à son héritage et d'autres familles se succédèrent, dont les Plovits, à partir de 1807. En 1824, la propriété fut morcelée et une grande partie du parc devint une prairie. C'est entre cette date et 1826 que le château fut démoli par son nouveau propriétaire, un certain de Meeûs, à l'exception de son extrémité orientale. En 1861, le domaine fut acquis par Édouard Vandersmissen, qui y bâtit le château actuel avant 1865. À cette occasion, le parc fut entièrement remodelé. Cartes anciennes à l'appui, cette thèse en réfute une autre, selon laquelle l'actuel château serait toujours celui qu'Adrien-Ange de Walckiers s'était fait construire après son acquisition du domaine en 1765. Il est toutefois possible qu'une partie des caves et éventuellement de l'élévation de la partie de sa résidence qui subsistait après 1826 ait été incorporée par Vandersmissen.

Institut de la Sainte-Famille d'Helmet, chapelle, façade vers le château (Collection Dexia Banque-ARB-RBC).

C'est en 1891 que le domaine fut acheté par la congrégation religieuse des Dames de la Sainte-Famille, afin d'y établir un pensionnat pour jeunes filles. L'année même de l'acquisition, la congrégation fit construire les six premières travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. du bâtiment du pensionnat, implanté contre l'angle sud-est du château. Elles sont peut-être déjà l'œuvre de l'architecte Émar Collès, co-fondateur des écoles Saint-Luc à Bruxelles en 1882, qui agrandira le bâtiment quelques années plus tard. En 1893, Collès conçoit le long de la rue Chaumontel une galerie d'un niveau de plan en L. En 1895, le même architecte agrandit le pensionnat de cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., auxquelles il accole un corps d'escalier de quatre niveaux. Dans l'axe de celui-ci, il construit en outre une chapelle néogothiqueLe style néogothique (à partir de 1860 environ) est une tendance architecturale mettant à l’honneur les formes ogivales et verticales issues du moyen-âge gothique. Le style néo-Tudor s’inspire plus particulièrement du style gothique teinté de Renaissance qui fleurit en Angleterre sous le règne des Tudors.. Enfin, en 1903, Collès dessine les plans de deux bas-côtés de même style que la nef, ainsi que ceux de deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. mimétiques supplémentaires pour le bâtiment du pensionnat, accolées à la droite du corps d'escalier. Plusieurs constructions de moindre importance sont encore adjointes au complexe avant 1914.

Dans l'entre-deux-guerres, ce sont principalement trois nouvelles ailes qui sont érigées sur le site. En 1922, est implantée dans le prolongement du bâtiment du pensionnat une aile abritant des classes et des chambres. En 1930, l'architecte J. De Roeck conçoit à front de la rue Chaumontel une aile parallèle à la précédente, abritant une salle des fêtes. Enfin, en 1934, l'entrepreneur Joseph De Knoop construit perpendiculairement à la rue Chaumontel une aile de classes à usage d'école ménagère. Après-guerre, outre la construction d'annexes, certaines ailes existantes sont transformées (architectes Paul et Stéphane Dhaeyer, 1961 et 1965) et une dernière est créée en 1981 à front de la rue Chaumontel (architecte Stéphane Dhaeyer), entraînant des démolitions de locaux préexistants. Enfin, en 2002, la totalité du château et de la chapelle, ainsi que les façades, toiture et mobilier fixe par destination du bâtiment du pensionnat sont classés comme ensemble.

Fichiers

Arbres remarquables à proximité