Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Gustave STRAUVENarchitecte1906

Statut juridique

Classé depuis le 13 juillet 2006

Styles

Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Paysager
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2012-2013

id

Urban : 21766
voir plus

Description

Maison bourgeoise de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., architecte Gustave Strauven, 1906.

Elle fait partie d'une enfilade particulièrement cohérente d'immeubles de même époque, allant du no39 au no127-129.

Élévation de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé. de quatre niveaux. Façade en briques blanches, rehaussée de pierre bleue au relief mouvementé. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. à chantournements variés.
Travée principale animée par un jeu d'avancées et de retraits: logette au premier étage, loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. au deuxième et dernier étage en attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement. derrière une terrasse. Le projet prévoyait en outre une seconde loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. au rez-de-chaussée, non réalisée. Fenêtres de cave et du rez-de-chaussée à deux meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie.. Logette de bois de plan trapézoïdal sous toit à pans et sur dalle de pierre rectangulaire soutenue par deux niveaux de consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. de même matériau; angles à aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement. profilés montant de la dalle, portant des barres d'appuiPetit garde-corps de faible hauteur et non saillant, compris dans l’embrasure d’une fenêtre. métalliques et relayés par les consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. foisonnantes du toit. LoggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. protégée par un grille en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. sur dalle de pierre en saillie; fond percé d'une large baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. vitrée, parois latérales cimentées. Au dernier niveau, la terrasse est bordée d'un mur de briques, remplaçant deux désÉléments de pierre de section sensiblement carrée ou rectangulaire, disposés généralement aux angles d’un balcon. profilés auxquels devait s'accrocher une grille en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage..

Avenue Louis Bertrand 43, porte (photo 2012).

Travée d'entrée plus élevée, terminée en tourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles. carrée à dômeToit de plan centré à versant continu ou à pans, galbé en quart de cercle ou d'ovale.. Ses fenêtres éclairent à chaque niveau un cabinet de toilette. Surmontant la porte, baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à vitrail à dessin végétal éclairant un cabinet d'entresol, qui reçoit également de la lumière par deux joursOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. percés dans l'allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. du premier étage. AllègesPartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. suivantes ornées de sgraffitesTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. (repeints), à entrelacsOrnements composés de courbes entremêlées. végétaux, le premier figurant en outre un soleil rayonnant et un bouquet de pavots. TourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles. à deux fenêtres jumelées trouvant écho sur sa face gauche en deux arcadesBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. aveuglesUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre.. Corniche de bois sur jeu de consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. variées. DômeToit de plan centré à versant continu ou à pans, galbé en quart de cercle ou d'ovale. ardoisé à tambourTambour où vont s'enrouler les câbles mécaniques qui suspendent la cabine, à une extrémité et à l'autre, le contrepoids. Il est actionné par le treuil auquel il est relié.Dans la cas du treuil dit "attelé", la cabine est suspendue aux câbles s'enroulant sur le tambour, sans contrepoids. de bois ajouré de petites baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. cintrées, sous faux lanterneau de bois à épi en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage..

Avenue Louis Bertrand 43, détail du <a href='/fr/glossary/304' class='info'>garde-corps<span>Ouvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre.</span></a> de la <a href='/fr/glossary/157' class='info'>loggia<span>Petite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries.</span></a> (photo 2012).

Remarquables menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. et ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. conservées; châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à petits bois cintrés, porte à vitrage jaune martelé, grilles du soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue., de la porte et de la loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. au dessin élaboré.

Intérieur. Transformé en immeuble à appartements, le bâtiment conserve néanmoins une grande partie de ses décors originels.

Avenue Louis Bertrand 43, sol du vestibule d'entrée (photo 2012).

Vestibule d'entrée à sol en mosaïque de marbres blanc, rouge, gris et noir à dessin Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise.. LambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. en marbre blanc veiné de gris, rosé à la cimaise, sous un faux lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. de panneaux écornés. Plafond à corniche à modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche. et denticules.

Avenue Louis Bertrand 43, vue de la <a href='/fr/glossary/248' class='info'>cage d'escalier<span>Espace à l'intérieur duquel se développe un escalier.</span></a> vers le vestibule d'entrée (photo 2012).

Cage d'escalier éclairée par un lanterneau à structure métallique quadrillée insérant des carreaux de verre martelé blanc, vert et mauve. Premières volées de l'escalier en marbre blanc veiné de gris, à rampe Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. Sol et lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. similaires à ceux du vestibule d'entrée.
Au rez-de-chaussée, quatre pièces en enfilade, séparées par de larges portes vitrées: petit salon, grand salon, salle à manger et véranda avec office.
Salon de style Régence-Louis XV. Faux lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. à décor de rocaillesRocaille. Ornement asymétrique en forme de coquillage déchiqueté, propre à l’architecture des styles rocaille et rococo ainsi qu’aux styles qui s’y réfèrent. La rocaille désigne également des constructions de jardin imitant des rochers ou des assemblages de rondins. Le style rocaille ou style Louis XV désigne l’interprétation française du style rococo.. Cheminée en marbre blanc et gris. Plafond à décor peint de reliefs en trompe l'œil dans les tons rose et or et de médaillonsCartouche rond ou ovale. d'angle polychromes figurant des scènes galantes.

Avenue Louis Bertrand 43, plafond du salon (photo 2012).

Salle à manger de style néo-Renaissance flamandeLe style Renaissance flamande (XVIe s.) mêle des éléments inspirés de la Renaissance italienne à l’héritage architectural médiéval local. Le style néo-Renaissance flamande (de 1860 à 1914 environ) cherche à ressusciter cette architecture, à la faveur de l’émergence du nationalisme belge. Il se caractérise par des élévations en briques et pierres et des formes caractéristiques (pignons, tourelles, logettes).. Faux lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. à décor de têtes de lion et cuir découpé. Cheminée en marbre noir à panneaux verts. Plafond à caissons.
Véranda et office unifiés par un décor d'inspiration néoclassique peint en faux marbre beige veiné de brun. Murs mitoyens et cloison entre les pièces marqués chacun par trois arcadesBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle..

Classement 13.07.2006.

Sources

Archives
ACS/Urb. 176-43.

Ouvrages
BERCKMANS, O., Ancienne Maison Verhaeghe. Analyse archéologique du bâti, janvier 2009 (étude inédite).
BORSI, F., WIESER, H., Bruxelles Capitale de l'Art Nouveau, édition J.-M. Collet, Braine l'Alleud, 1996, pp. 160, 164.
LOZE, P. et Fr., Belgique Art Nouveau. De Victor Horta à Antoine Pompe, Eiffel Éditions, Bruxelles, 1991, p. 136.

Sites internet
Bruxelles, ville d'architectes - Gustave Strauven