Typologie(s)

maison bifamiliale

Intervenant(s)

Jean COPPIETERSarchitecte1912

Styles

Éclectisme d'inspiration pittoresque

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2012-2013

id

Urban : 21885
voir plus

Description

Maison à deux logements, de style éclectique d'inspiration pittoresque, signée au rez-de-chaussée «JEAN COPPIETERS / ARCHTE», 1912. Elle obtint la médaille d'argent au Concours de façades de 1913 organisé par la Commune de Schaerbeek.

Façade en briques rehaussées de pierre blanche, aujourd'hui peinte. Haut soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. à moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie. de grèsTerre cuite de texture serrée, légèrement vitrifiée, glaçurée ou non. Le grès désigne également une famille de pierres composées de silice. vert et rose. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. symétrique de quatre niveaux sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc.. Rez-de-chaussée percé à l'origine d'une large porte et d'une petite fenêtre, éclairant une enfilade de pièces de service, ainsi que de la porte menant aux étages; large porte aujourd'hui transformée en porte de garage.
Aux étages, deux portes-fenêtres au premier, une porte-fenêtre axiale au deuxième, flanquée d'une fenêtre à gauche et de deux autres jumelles à droite, cinq fenêtres formant bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. au dernier, à piédroitsLes piédroits sont les éléments verticaux latéraux de l’encadrement d’une baie, portant son couvrement. en balustrePetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade. de bois. Balcon continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. de plan trapézoïdal au premier étage, balcon axial au deuxième, tous deux couverts d'un toit en appentisToit à un seul versant. sur colonnettes de bois, celui du premier coupant les baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. au niveau de l'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie.; garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en bois à balustresPetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade. plats ajourés. Proscrit par le règlement urbanistique, ce type de structure en bois est exceptionnellement autorisé vu le «caractère architectural» du bâtiment. Dernier étage orné de tablesPetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. moulurées à volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc. et, à l'origine, d'un vaste sgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. représentant des hortensias et portant l'inscription «Villa des Hortensias». PignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à faux colombages et corniche, aujourd'hui privé de son épi de faîtage en bois.
Châssis à petits-bois conservés au premier étage, refaits à l'identique aux suivants. Porte conservée. Grilles de cette dernière et de la fenêtre du rez-de-chaussée modifiées, celle de la zone de recul partiellement conservée.

Sources

Archives
ACS/Urb. 140-24.

Périodiques
Album de la Maison Moderne, 5e année, pl. 44.
L'Émulation, 1913, pl. LXX.

Arbres remarquables à proximité