Typologie(s)

maison d’habitation
monastère/abbaye/couvent

Intervenant(s)

Gustave HANSOTTEarchitecte1882

INCONNU - ONBEKEND1830

Styles

Néogothique
Néoclassicisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Josse-ten-Noode (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 10212
voir plus

Description

Maison de style néoclassique construite pour les Sœurs du Bon Secours dès les années 1830 et modifiée en 1920 par l'arch. Josse VAN KRIEKINGE.
Onze travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. - dont sept r. Botanique - et trois niveaux séparés par des bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade.. Façade cimentée. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect.

Attenant à la maison, un oratoire construit en 1882 sur des plans de l'arch. G. HANSOTTE. Accolé à la façade latérale de la maison, cet édifice de style néogothiqueLe style néogothique (à partir de 1860 environ) est une tendance architecturale mettant à l’honneur les formes ogivales et verticales issues du moyen-âge gothique. Le style néo-Tudor s’inspire plus particulièrement du style gothique teinté de Renaissance qui fleurit en Angleterre sous le règne des Tudors. présente, côté jardin, une façade enduite et peinte de quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., celle de g. plus étroite, percées de hautes fenêtres en arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. brisé à remplage. À la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de dr., porte rect. à deux vantauxLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. vitrés ouvrant sur un passage sous la tribune de l'oratoire et donnant accès à la maison. Chevet à trois pans également percés de fenêtres en arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. brisé. Toiture polygonale. Corniche sur modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche. à copeaux.

L'intérieur présente une nef unique couverte de voûtes d'ogive à quatre quartiers, les travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. marquées par des doubleaux. Chœur couvert d'une voûte d'ogives à six quartiers. Les branches d'ogive reposent sur de fines colonnes à chapiteauxCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. à crochets et abaque polygonal. Tribune à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. ajouré. Murs et voûtes enduits et peints. Vitraux d'origine.

Sources

Archives
ACSJ/Urb./TP 2684 (1882), 9187 (1920).

Arbres remarquables à proximité