Typologie(s)

hôtel

Intervenant(s)

Michel POLAKarchitecte1927-1928

Styles

Art Déco
Beaux-Arts

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Josse-ten-Noode (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 10610
voir plus

Description

Immeuble de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs. construit en 1927-1928 par l'arch. Michel POLAK.

Façade en pierre de France rehaussée d'éléments de pierre bleue comptant six travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. et neuf niveaux, dont un entresol et un étage attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement. pl. Rogier, et trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. r. St-Lazare.

Les quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. centrales donnant sur la place sont en encorbellementUne partie d'élévation est dite en encorbellement lorsqu'elle s’avance en surplomb. du 1er au 5e étage et scandées par des pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. cannelés. Elles reposent sur cinq consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. monumentales situées au niveau de l'entresol. Entre les parties supérieures des pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. s'insèrent les ferronneriesÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs. des garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. protégeant les étroites terrasses précédant les fenêtres du 6e étage. Située sous une large corniche ornée de rais-de-cœur, ce niveau, dont les trumeauxPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. sont ornés de motifs floraux stylisés en relief, joueLe terme joues désigne les petits côtés d’un balcon, entièrement en pierre ou en maçonnerie. en quelque sorte le rôle de friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. d'entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect., larges aux étages en encorbellementUne partie d'élévation est dite en encorbellement lorsqu'elle s’avance en surplomb., plus étroites ailleurs, précédées de garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux., sauf à l'entresol et à l'étage-attique. R.d.ch. moderne en pierre blanche.

La façade latérale de l'hôtel, r. St-Lazare, intègre les façades de quatre immeubles, dont un à l'angle de la r. Gineste. Les trois 1ers exhaussés de deux étages attiques, comptent chacun quatre niveaux. Leurs travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sont respectivement au nombre de deux, trois et quatre. Les façades en pierre de France sont percées de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect., simples ou jumelées.

Place Charles Rogier 17-21, hôtel Albert Ier, <a href='/fr/glossary/44' class='info'>bow-windows<span>De l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux.</span></a> vers la rue Saint-Lazare (photo 1993-1995).

Le 3e, de style Beaux-ArtsStyle Beaux-Arts (de 1905 à 1930 environ). Courant architectural puisant son inspiration dans les grands styles français du XVIIIe siècle. Riche et ornementé, il se caractérise souvent par des élévations en (simili-)pierre blanche et/ou brique orangée ainsi que par l’usage du fer forgé pour les garde-corps et la porte., présente des bow-windowsDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. alternativement sur un ou deux étages. Fenêtres précédées de garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. ou d'une balustradeGarde-corps composé de balustres, c’est-à-dire de petits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire. en pierre pour celle surmontant l'entrée en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. (act. condamnée). AllègesPartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. ornées de panneaux, de modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche. et de denticules. Corniche à denticules et mutulesModillons de l’ordre dorique. Éléments décoratifs en forme de dé assez plat, répétés sous une corniche.. FriseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. d'entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. ornée de triglyphes. R.d.ch. à refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages. percé de larges baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. vitrées. PiédroitsLes piédroits sont les éléments verticaux latéraux de l’encadrement d’une baie, portant son couvrement. décorés de volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc., de fleurs et de feuillages.

À l'angle de la r. Gineste, immeuble, également de style Beaux-ArtsStyle Beaux-Arts (de 1905 à 1930 environ). Courant architectural puisant son inspiration dans les grands styles français du XVIIIe siècle. Riche et ornementé, il se caractérise souvent par des élévations en (simili-)pierre blanche et/ou brique orangée ainsi que par l’usage du fer forgé pour les garde-corps et la porte., signé « ALBERT POOT/ARCHITECTE/1920 ». Six niveaux, dont un entresol, les étages supérieurs étant en encorbellementUne partie d'élévation est dite en encorbellement lorsqu'elle s’avance en surplomb.. Treize travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., dont trois r. Gineste et trois d'angle formant une tourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles.. Façade en brique rehaussée d'éléments de pierre blanche sur socleMassif surélevant un support ou une statue. de pierre bleue. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. ou en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. au r.d.ch., à l'entresol et au dern. étage, rect. partout ailleurs. Les travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. centrales - une r. Gineste et deux r. St-Lazare - sont marquées par des oriels sur trois étages, à colonnes de pierre de France au 1er à colonnes de fer aux 2e et 3e. Les oriels de la r. St-Lazare sont surmontés d'une loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale.. L'entrée principale (aujourd'hui condamnée) est située à la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'angle. Elle est accostée de deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. latérales vitrées dont les arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. sont soutenus par des courtes colonnes galbées ornées de fleurs et de feuilles. Des colonnes semblables supportent les arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. des trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de la r. Gineste. Corniche arquée par endroits. Toiture percée de lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. et d'œils-de-bœuf.

En 1987-1988, l'intérieur de l'hôtel a été entièrement refait, ne conservant rien de son aspect d'origine.