Liaison entre la pl. Rogier et la r. Gineste.

Jusqu'en 1954, date du percement du bd Saint-Lazare le long des voies de la jonction ferroviaire Nord-Midi, la r. Saint-Lazare se prolongeait jusqu'à la r. Linné (supprimée) d'où, formant un coude, elle longeait le Jardin botanique jusqu'à la r. Botanique.

L'act. r. du Chemin de fer est témoin du dern. tronçon de cet anc. tracé. La r. Saint-Lazare suit à peu près l'anc. chemin des pestiférés (voir pl. Rogier), la présence d'un chemin se perdant dans les prairies étant attestée à cet endroit dès 1425. L'écrivain André Van Hasselt (1806-1874) vécut au no 29 de 1856 à 1874.

À l'origine, la rue était bordée de maisons modestes ou bourgeoises, pour la plupart érigées entre 1842 et 1853, nombre d'entre elles à vocation hôtelière. Act. les immeubles situés côté N. ont tous été démolis. Le côté S. est bordé par les imposantes façades latérales de style Beaux-Arts de l'hôtel Albert dont un immeuble à l'angle de la r. Gineste signé par l'arch. Albert POOT et daté de 1920.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Ouvrages
CAMBY, J., Saint-Josse-ten-Noode dans le passé. Esquisse historique, Bruxelles, 1952, p. 16