Typologie(s)

établissement scolaire
chapelle
théâtre

Intervenant(s)

A. VAN ROELENarchitecte1900

Styles

Éclectisme
Néogothique
Néo-Louis XVI

Inventaire(s)

  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Josse-ten-Noode (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 10751
voir plus

Description

Installé en 1856 au coin de la ch. de Haecht et de la r. Gillon, cet établissement comprenant un pensionnat et un externat, est transféré sur son lieu d'implantation act. en 1859.

Occupant à l'origine un seul immeuble, il va progressivement s'étendre en direction de la r. de l'Abondance et de la r. Josaphat (voir nos 15-17). Plusieurs maisons à front de rue seront transformées pour répondre à leur nouvelle fonction et des bâtiments neufs s'élèveront à l'intérieur de l'îlot.

La façade principale d'inspiration néoclassique présente aujourd'hui quatorze travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. et trois niveaux séparés par des bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade.. Son aspect régulier résulte de l'unification de trois immeubles anc.
Celui de dr. (trois travées) a été modifié - e.a. par la suppression de la porte - pour être intégré à l'act. no 68 (sept travées) en 1900, celui de g. (quatre travées), l'a été ultérieurement. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. à encadrement plat, garnies aux étages de légers garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. et précédées d'appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. saillants formant bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade.. Au r.d.ch., appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. en pierre bleue. Façade enduite et peinte sur socleMassif surélevant un support ou une statue. en pierre bleue percé de fenêtres de cave. Accès par deux portes cochère, celle de dr. (no 68) surmontée d'un balcon sur consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. Sous la corniche à denticules et mutulesModillons de l’ordre dorique. Éléments décoratifs en forme de dé assez plat, répétés sous une corniche., friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. d'entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. simplement ornée de cache-boulins.

Également intégrée à l'école, mais d'une élévation différente, une 4e maison, située à g. des précédentes, présente quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. et quatre niveaux, dont un d'entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne., séparés par des bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. au r.d.ch. - lequel ne comprend plus de porte -, à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. aux étages. Chambranles moulurés à clefClaveau central d’un arc ou d’une plate-bande. Il s’agit d’un élément architectonique. Le terme s'utilise également pour des éléments purement décoratifs qui évoquent une clef à rôle structurel. aux 1er et 2e. Au-delà de la porte cochère (no 68), un passage couvert d'une voûte en berceau à caissons donne accès à une vaste cour bordée sur ses quatre côtés de bâtiments d'époques différentes.

La façade arrière des immeubles donnant ch. de Haecht présente aux étages deux galeries vitrées superposées portant sur huit colonnes en fer qui délimitent au r.d.ch. un portique. Les châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. métalliques des larges baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. éclairant ces galeries sont à petits-fers. L'ensemble de ce dispositif a été mis en place v. 1900.

De l'autre côté de la cour, un bâtiment néogothiqueLe style néogothique (à partir de 1860 environ) est une tendance architecturale mettant à l’honneur les formes ogivales et verticales issues du moyen-âge gothique. Le style néo-Tudor s’inspire plus particulièrement du style gothique teinté de Renaissance qui fleurit en Angleterre sous le règne des Tudors. construit en 1874

Institut des Dames de Marie, aile néo-gothique au fond de la cour (photo 1994).

ainsi que l'indique une inscription sur une banderole au tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. d'une porte : « 2 Mars 1874 » sous un « I » et un « C » entrelacés. La partie dr. de cet édifice comprend huit travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. rythmées par des contreforts. Chaque travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. présente au r.d.ch. deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. jumelées à tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. trilobé s'inscrivant dans une embrasureEspace intérieur d’une baie. commune en arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. brisé dont le tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. s'orne à son tour d'une rosace aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre.. Les baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. de l'étage, en arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. brisé, s'inscrivent également chacune dans une embrasureEspace intérieur d’une baie.. La 5e travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. est surmontée d'un édicule à niche abritant une statue de la Vierge et couronné par un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc..

La partie g. de l'édifice, ainsi que deux des travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. déjà décrites, sont moins anciennes. Contemporaines de la construction du bâtiment formant l'un des petits côtés de la cour, elles datent de 1904 (voir ci-dessous). Couronnée d'une lucarne-pignonLucarne dont le devant triangulaire évoque un pignon., cette partie présente au 1er étage trois baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. jumelées soulignées par une seule archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. et, au r.d.ch., quatre baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. jumelées soulignées par deux archivoltesMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche., en arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. brisé cette fois, et accostées de deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. latérales simples.
La façade arrière donnant sur les jardins est d'aspect semblable quoique sa décoration soit moins riche. Toiture en ardoises à croupesUne croupe est un versant de toit qui réunit les deux pans principaux d’un toit à leur extrémité. Contrairement à la croupette, la croupe descend aussi bas que les pans principaux. avec, au-dessus de la partie la plus récente, un petit clocher couvert d'une flèche à égout retroussé. Intérieur : le 1er étage abrite une chapelle de style néogothiqueLe style néogothique (à partir de 1860 environ) est une tendance architecturale mettant à l’honneur les formes ogivales et verticales issues du moyen-âge gothique. Le style néo-Tudor s’inspire plus particulièrement du style gothique teinté de Renaissance qui fleurit en Angleterre sous le règne des Tudors..

Institut des Dames de Marie, chapelle néo-gothique (photo 1994).

Voûte en berceau brisé reposant sur deux corniches supportées par des consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console., elles-mêmes soutenues par des colonnes à chapiteauCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. à crochets posées sur des corbeauxPièce de pierre ou de bois partiellement engagée dans un mur et portant une charge. Le corbeau se distingue de la console par sa petite taille, il porte généralement un élément en faible saillie. D’autre part, sa section verticale est sensiblement carrée ou rectangulaire.. ClefsClaveau central d’un arc ou d’une plate-bande. Il s’agit d’un élément architectonique. Le terme s'utilise également pour des éléments purement décoratifs qui évoquent une clef à rôle structurel. de voûte pendantes. LambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce., tribune d'orgue et confessionnal en chêne sculpté ornés de colonnettes, arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. brisés, rosaces et autres motifs inspirés du vocabulaire gothique.

Les deux bâtiments situés sur les petits côtés de la cour datent respectivement de 1900 et 1904. Construits sur des plans de l'arch. F. VAN ROELEN, ils remplacent deux édifices antérieurs de dimensions plus modestes. De deux niveaux séparés par des bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. à l'origine, ils ont été exhaussés d'un étage dans les années 1930. Façades cimentées à faux-jointsEnduit dans lequel sont tracés des sillons pour suggérer un appareil de pierre. rehaussées d'éléments de pierre bleue. Le 1er de ces bâtiments (à dr. en pénétrant dans la cour) prolonge une maison de la ch. de Haecht dont la façade fut à cette occasion modifiée afin de s'harmoniser avec l'actuel no 68 (voir ci-dessus). Il abrite au r.d.ch. une salle de gymnastique et un petit théâtre avec balcon courbe dont le décor en stucLe stuc est un enduit à base de chaux ou de plâtre et de colle, soit poli et imitant le marbre, soit mat, sculpté et mouluré. - guirlandes, volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc., rubans, têtes d'angelots, etc. - évoquent le style Louis XVILe style néo-Louis XVI se développe à partir de 1910 environ. Il reprend des éléments typiques du néoclassicisme contemporain du règne de Louis XVI : noeud de ruban, médaillons ovales, lauriers, faisceau de licteurs, etc.. Sa façade en pierre blanche et pierre bleue présente quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. au r.d.ch., à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. aux étages. La façade de l'autre bâtisse (à g. en pénétrant dans la cour) compte sept travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. : baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. au r.d.ch., croiséesBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit. simples ou jumelées au 1er et fenêtres étroites au 2e étage.


Sources

Archives
ACSJ/Urb./TP 62 (1858), 5834 (1900), 6612, 6774 (1904), 11299 (1930), 11834 (1932).